Alexis Norambuena, citoyen du monde

le
0
Alexis Norambuena, citoyen du monde
Alexis Norambuena, citoyen du monde

Palestine, Chili, Pologne, Australie : quatre pays, quatre continents pour conter l'histoire d'Alexis Norambuena, le plus international des participants à la Coupe d'Asie des nations 2015.

Dans les 23 de la sélection palestinienne pour cette Coupe d'Asie des nations, au milieu des noms à consonance arabe, une curiosité : Alexis Norambuena. Ce défenseur polyvalent évoluant généralement au poste de latéral gauche n'a jamais mis les pieds dans les territoires palestiniens. Il en a pourtant obtenu la nationalité par l'intermédiaire de ses arrière-grands-parents maternels, originaires du Proche-Orient. Ils sont partis comme plein d'autres compatriotes, entre la fin du 19e et le début du 20e, fuyant la crise économique qui touchait l'empire ottoman à l'époque. Une émigration qui ne cessera pas, bien au contraire, dans les décennies suivantes, du temps de la Palestine sous mandat des Britanniques (eux qui importent le ballon rond dans cette partie du monde) puis de la création de l'état d'Israël au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Si aujourd'hui la diaspora palestinienne est essentiellement concentrée autour des pays voisins du Moyen-Orient, il reste des traces marquantes de cette première vague d'émigration ailleurs dans le monde, en Amérique du Sud notamment et particulièrement au Chili, terre d'accueil privilégiée car pays ayant à l'époque besoin de main d'œuvre.
Le Chili, le pays de naissance
Norambuena et sa famille font partie de cette large diaspora palestinienne au Chili, qui compterait aujourd'hui près d'un demi-million de membres (plus que dans toute l'Europe et les Etats-Unis réunis). Il est né en 1984 dans la capitale Santiago, où l'un des plus fameux clubs de football est le Club Deportivo Palestino, dont le nom et le logo blanc, vert et rouge ne laisse pas de place au doute : il est bien celui de la communauté palestinienne et a d'ailleurs fait parler de lui il y a tout juste un an en floquant ses maillot avec le " 1 " en forme de la carte de la Palestine avant la création d'Israël Mais Norambuena n'y a jamais évolué. Lui est un enfant du Club Union Espanola, où il a débuté chez les pros et jusqu'en 2007. Déjà à l'époque, il se fait draguer par la sélection palestinienne mais décline gentiment les avances, préférant ne pas griller ses chances de défendre en priorité les couleurs de son pays de naissance, ce qui n'arrivera finalement pas (même si Marcelo Bielsa observera mollement ses prestations alors qu'il cherchait à constituer son groupe pour la qualification au Mondial 2010).
La Pologne, le pays d'adoption
En 2008,...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant