Alexeï Pouchkov : «Des élections pour éviter une tragédie»

le
0
INTERVIEW - De retour de Damas, le président de la commission des affaires étrangères de la Douma explique la position russe.

Le Figaro.- À Damas, vous avez jugé la situation «calme» et remarqué que Bachar el-Assad avait «confiance en lui». Les Occidentaux ne s'en rendent pas compte, «par paresse», avez-vous dit. Pourquoi n'êtes-vous pas allé à Homs?

Alexeï POUCHKOV. - Je voudrais insister sur le fait que si la situation à Homs s'exporte à Damas, ce sera une tragédie. Les responsabilités sont partagées entre l'armée syrienne et les rebelles. Nous n'avons aucune sympathie pour les forces spéciales du régime et nous avons fait part de nos préoccupations au président syrien. Mais il faut aussi reconnaître que les rebelles agissent à la façon d'une guérilla, se déploient sciemment dans des quartiers où résident des femmes et des enfants. C'est une tactique: les victimes civiles provoquent toujours une émotion - légitime - dans l'opinion publique... Les Occidentaux devraient faire passer des messages aux rebelles pour qu'ils cessent de se battre dans les villes, mais Mme Clinto

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant