Alexandre Malsch, sweat à capuche, cool attitude mais grandes ambitions dans le web

le
0
Alexandre Malsch, sweat à capuche, cool attitude mais grandes ambitions dans le web
Alexandre Malsch, sweat à capuche, cool attitude mais grandes ambitions dans le web

Certains ont beau l'appeler le "Mark Zuckerberg français", ne lui parlez pas de la similitude avec le patron de Facebook ! Si Alexandre Malsh, le fondateur de Melty, une des pépites du web français, arbore un éternel sweat à capuche, c'est juste qu'il est surfeur. "Ce n'est pas un look zuckerberguien. Si je suis habillé comme ça, ce n'est pas parce que je suis start-upper, mais parce que je suis surfeur !" explique ce passionné de glisse. Vêtu "de la tête aux pieds" en Quiksilver, une marque américaine de surf partenaire de Melty, Alexandre Malsch assume le côté patron en sweat à capuche qui dit "cool" toutes les trois phrases.Pas question donc de mettre un costume pour ce Lyonnais de 28 ans qui a fondé, à partir de rien ou presque, une société comptant désormais plus de 70 salariés en CDI.Avec deux camarades de promotion et une mise de départ de 7.200 euros, ils ont démarré dans la salle des profs de leur école d'informatique, Epitech, au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). En 2008, le site Melty.fr était né. Dans l'esprit des campus à l'américaine, ils s'établissent à quelques dizaines de mètres, dans le même groupe de bâtiments.Avec ses skates en libre-service dans les couloirs, ses coussins Fatboy au sol et ses hamacs, l'esprit de la Silicon valley souffle à quelques centaines de mètres de la Porte d'Italie. Même le patron, qui habite toujours en colocation, arrive en skate au bureau le matin. "J'ai une vie de jeune traditionnelle. Ce soir, je vais jouer à Battlefield IV et manger des crêpes", raconte-t-il en cette après-midi d'automne. "Construire le truc"Mais pour ce perfectionniste, les moments de détente sont assez rares. "Le job est incroyablement stressant", confie celui qui s'astreint à 5 heures de musculation par semaine, "ça me permet de bien dormir". Seul le surf, qu'il pratique régulièrement à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) où ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant