Alexandre Flanquart : " La dynamique est positive "

le
0

Sélectionné pour le prochain Tournoi des VI Nations, le deuxième ligne du Stade Français Alexandre Flanquart pense d'abord au choc contre Toulon dimanche à Nice.

Alexandre Flanquart, ça ne doit pas être facile pour vous de faire la semaine en équipe de France et de revenir en club pour un match de Top 14...
(Sourire) On commence à être habitué, on le fait assez souvent. Ça fait partie du jeu. C’est le seul moyen pour avoir du temps en équipe de France. Tous les clubs français sont à la même enseigne. Après, c’est la semaine où je reprends, donc c’est plus dur pour moi mais c’est comme ça (ndlr : Flanquart était blessé à une cheville).

Vous sentez-vous prêts pour défier Toulon ce dimanche à Nice ?
On n’a pas mal bossé. On a fait une bonne séance vendredi. Dans l’engagement et ce que l’on veut mettre, on sera présent. Techniquement, des petites choses ne seront pas parfaites parce que l’on n’a pas été tous présent en début de semaine, mais dans l’engagement on sera là.

Avez-vous trouvé la clé pour bien basculer de la Coupe d’Europe au Championnat ?
Quand on voit les matchs qu’on a réalisés en Champions Cup et ce qu’on a fait en Top 14 on se demande comment on peut avoir deux visages aussi différents. Maintenant, on sait de quoi on est capable, dans les deux sens. J’espère que l’on pourra s’en servir en championnat dès ce week-end.

Malgré votre onzième place, avez-vous toujours comme objectif les phases finales du Top 14 ?
Tant que c’est possible, on essaiera d’y être. On va tout faire pour. On a cela dans la tête. Nous sommes des compétiteurs, sinon on ne serait pas là. Tant qu’il y a une possibilité mathématique d’y être, on continuera à se battre. Pour l’instant, c’est toujours le cas.

Ne faut-il pas aborder ce choc comme une rencontre de Coupe d’Europe ?
Pour nous oui, on le préparera peut-être mieux (rires). Plus sérieusement, on ne pense pas à cela. On veut faire un gros match et aller gagner à Toulon. C’est notre objectif. On a besoin de ces points. On ne pense pas au contexte.

« L’équipe pour aller gagner à Toulon »

On vous a vu à l’entraînement travailler les rucks vendredi. Ce secteur peut-il être la clé du match selon vous ?
On sait qu’ils ont des gros gratteurs de ballon. C’est leur point fort dans les rucks défensifs. On sait ce qui nous attend, qu’il faudra répondre présent dans ce domaine, dans nos soutiens au porteur du ballon.

De votre côté, les absents s’additionnent. Pas forcément de blessés, mais des suspendus (Laurent Sempéré et Paul Gabrillagues)…
On a de la malchance à ce niveau depuis le début de la saison. Ça fait partie du jeu. On a quand même l’équipe pour rivaliser et aller gagner à Toulon.

Ce sentiment d’injustice peut-il être utilisé comme une force ?
Peut-être, mais on ne pense pas à ça pour préparer ce match. Ça nous servira sans doute pour plus tard dans la saison, comme pour notre quart de finale de Champions Cup (justement contre Leicester)…

Concernant le XV de France, comment s’est passé le stage de trois jours à Marcoussis ?
Très bien. On a fait des bons entraînements avec une mise en place du système qui a bien fonctionné. L’ambiance est très bonne. La dynamique est positive. J’espère que ça nous permettra de faire un bon tournoi.

Cela change-t-il radicalement par rapport à ce que vous avez connu avant ?
Je ne comparerais avec ce qui s’est passé avant. Mais je l’ai dit, tout se passe très bien. Il n’y a pas encore de match, donc pas de pression. Tout est simple pour le moment. Le groupe vit bien. Cela se ressent sur le terrain et ça donne des bonnes perspectives. Il y aura un certain manque d’expérience. A l’inverse, il y aura plus de fougue, d’envie, de punch. Ça peut faire du bien à l’équipe.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant