Alexandre Barthe : "On me parle toujours de France/Bulgarie 93"

le
0
Alexandre Barthe : "On me parle toujours de France/Bulgarie 93"
Alexandre Barthe : "On me parle toujours de France/Bulgarie 93"

Il n'est pas le plus connu des Français à l'étranger, alors qu'il collectionne pourtant les succès en Europe de l'Est. Arrivé en Bulgarie en 2008, Alexandre Barthe vient d'être sacré champion pour la quatrième fois d'affilée avec Ludogorets Razgrad. Une réussite que le défenseur de vingt-neuf ans savoure, lui qui, plus jeune, n'a pas eu sa chance dans l'Hexagone. Entretien sans concessions avec un homme épanoui au pays de Stoitchkov et Berbatov.

Depuis 2011, tu évolues au Ludogorets Razgrad, club avec lequel tu viens de remporter ton quatrième titre de champion d'affilée. On imagine forcément que tu es un footballeur épanoui Ça, c'est sûr (rires). C'est ma septième saison en Bulgarie. J'ai remporté six fois consécutivement le championnat, trois coupes et trois Supercoupes. Ça fait douze titres en sept ans Il n'y a que la première année où je suis arrivé que je n'ai rien gagné. Donc en ce qui concerne le palmarès, il n'y a aucun souci.
Comment juges-tu l'exercice 2014/2015 à titre personnel ? À titre personnel, je ne suis satisfait que de ma deuxième partie de saison. Lors de la première partie, j'ai eu une blessure deux jours avant le match de Ligue des champions contre Liverpool qui m'a empêché de jouer. J'ai mis du temps avant d'être rétabli. J'ai voulu me remettre vite, mais je me suis blessé de nouveau derrière Ça a donc traîné un peu. Depuis janvier et mon retour de vacances, j'ai retrouvé ma place et fait de bons matchs jusqu'à présent. Je suis surtout content d'être revenu à mon meilleur niveau et de finir en beauté par ce titre de champion.
Quel genre de club est Ludogorets ? On sait notamment que le propriétaire est l'homme d'affaires Kiril Domuschiev, qui a pris le contrôle en 2010 et a investi massivement dans le club depuis C'est un club assez familial. Que ce soit dans le staff, le personnel qui travaille ou les joueurs, on sent une ambiance vraiment familiale. Les résultats aident aussi à ce qu'il y ait une atmosphère détendue. Depuis quatre années que je suis ici, on a été champion chaque saison. C'est vrai que ça facilite toujours les choses quand les résultats sont au rendez-vous. Le président a récupéré ce club alors qu'il était en seconde division. Il a investi pas mal d'argent lors de la première année pour faire remonter le club à l'étage supérieur et a su recruter les joueurs qu'il fallait. Dès le premier match, tout a très bien fonctionné et on s'est tous bien entendu. C'est là qu'on a pris conscience qu'on pouvait faire tous ensemble de belles choses. Les résultats ont ensuite prouvé cela.
Ça ne te gêne pas de jouer dans une équipe dont le nom signifie les fous ("ludo") de la forêt ("gorets")…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant