Alexandra, 56 ans : «Mon métier, c'est dragueuse professionnelle»

le
2
Cette ancienne correctrice dans l'édition s'est reconvertie en «coach d'amour sur internet» pour les soins d'une entreprise toulousaine. Témoignage.

Toulouse

Aujourd'hui en quête d'indépendance et d'horaires à la carte, Alexandra, ancienne correctrice dans l'édition et rompue aux techniques de la communication, a décidé de gagner sa vie en draguant pour les autres sur la toile. Elle travaille pour Net Dating Assistant, une start-up toulousaine créée en 2011. Cette entreprise, met à disposition des cadres et professions libérales trop accaparés ou trop maladroits, ces as de la séduction virtuelle.

«C'est très important de bien maîtriser l'orthographe et d'avoir du vocabulaire car les clients sont le plus souvent des gens qui ont un haut niveau d'études», explique Alexandra qui précise que «Net Dating Assistant lui a fourni un petit guide du dragueur qui recense les cas de figure pour faire face à toutes les situations. Ainsi, si on me dema...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • docteur7 le mardi 7 mai 2013 à 18:08

    Ce que'elle ne sait pas est que n'importe quel gars un peu expérimenté comprend très vite la supercherie. Sur un site de rencontre, la règle est d'avoir très vite un numéro de téléphone pour vérifier qu'on n'a pas affaire à un faux nez. Et quand le numéro est refusé, on passe à la suivante !

  • pmassolo le samedi 4 mai 2013 à 09:57

    Toulouse,dites-vous ?... alors,tout s'explique...