Alex Meier, une vieillesse allemande ?

le
0
Alex Meier, une vieillesse allemande ?
Alex Meier, une vieillesse allemande ?

C'était une demi-blague. C'est devenu un vœu pieux. En deux ans, Alex Meier a réussi le petit exploit de passer d'honnête joueur de Bundesliga à international en puissance. Le tout avec la trentaine passée.

Au pays de Lewandowski, Aubameyang et Huntelaar, il est le meilleur buteur de la saison passée. Sur ses épaules reposent plus de buts que les légendes Wolfgang Overath ou Günter Netzer, excusez du peu. Le week-end dernier, en trois frappes, il a inscrit un triplé victorieux pour son Eintracht Francfort. À 33 ans, il joue tout simplement son meilleur football et rivalise aux côtés des plus grands de la Bundesliga. Pourtant, Alex Meier n'a toujours pas passé une seule minute avec le maillot allemand sur les épaules pour une sélection officielle. Tout juste s'il peut se vanter d'avoir été dans l'équipe A' préparant le Mondial 2006. Alors en début de semaine, le magazine 11Freunde a craqué et lancé une grande pétition : " Alex Meier pour l'Allemagne. " En trois jours, près de 10 000 signatures ont été réunies. Et ils ont dix mille fois raison.

Roi et dieu du football


Alex Meier est un homme de talent, élégant sur et en dehors du terrain, un gars sur lequel on peut toujours compter. C'est notamment un joueur fidèle à une équipe de presque toujours : l'Eintracht Francfort, qu'il ne quittera probablement plus maintenant. Depuis 2004, il a alterné les belles périodes et les coups de moins bien avec son équipe. Les Adler ne sont pas très réguliers ces dernières saisons, avec même un passage dans l'antichambre de la Bundesliga. C'est peut-être aussi le reproche que l'on peut faire à son maître à jouer, à ses débuts. Alors les grosses écuries l'ont laissé tranquille. La Mannschaft aussi. Seuls les fidèles du Waldstadion n'hésitent rapidement pas à lui attribuer le surnom réservé aux chouchous : " Fußballgott ", dieu du football. Alex Meier poursuit ainsi son honnête carrière comme milieu offensif lorsque Thomas Schaaf arrive sur les bords du Main. Le coach choisit de le positionner un bon cran plus haut, en pointe solitaire ou en duo avec Aris Seferović. La révélation ne tarde pas : Meier est une machine à conclure. Il achève la phase aller en tête du classement des buteurs, avant de s'offrir au finish le titre de Torschützenkönig (roi des buteurs). Certes, il n'a que 19 pions au compteur. Mais avec Robben et Lewandowski à ses trousses, et une fin de saison manquée pour cause de blessure, le titre pèse lourd. Pour autant, la troupe de Löw est encore loin.
[H2…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant