Alerte sur le coût économique du conflit Japon-Chine

le
0
Si les groupes japonais reprennent progressivement leur activité en Chine, l'inquiétude demeure. Le bras de fer a déjà coûté près de 200 millions d'euros aux constructeurs automobiles nippons.

Le bras de fer territorial qui oppose la Chine et le Japon, respectivement deuxième et troisième économie mondiale, pourrait coûter plus cher que le tsunami qui a frappé l'archipel nippon en 2011, s'inquiète la presse japonaise. Suite à la catastrophe, Tokyo avait estimé la facture des dégâts à 300 milliards de dollars (230 milliards d'euros), soit 6% du PIB du pays. Or la bataille commerciale - qui découle des tensions autour d'un groupe d'îles inhabitées appelées Senkaku par les Japonais et Diaoyu par les Chinois - menace le commerce bilatéral entre la Chine et Japon, qui s'est chiffré à 343 milliards de dollars (265 milliards d'euros) en 2011. L'empire du Milieu est le premier marché d'exportation des entreprises japonaises.

Une concession Nissan mise à sac à Qingdao, dans la province de Shandong.
Une concession Nissan mise à sac à Qingdao, dans la province de Shandong.

Une concession Nissan mise à sac à Qingdao, dans la province de Shandong.

Si la contestation antinippone - qui a donné lieu à de nombreuses et parfois violentes manifestations - s'est calmée en Chine, suite aux appels au calme de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant