Alerte aux tiques : «Les animaux sont mieux diagnostiqués que nous !»

le , mis à jour à 18:18
0
Alerte aux tiques : «Les animaux sont mieux diagnostiqués que nous !»
Alerte aux tiques : «Les animaux sont mieux diagnostiqués que nous !»

Membre de la Fédération française des maladies vectorielles à tiques, Thierry Medynski, médecin des Hautes-Pyrénées, est lui-même atteint par la maladie de lyme.

 

Pourquoi faut-il s'inquiéter ?

THIERRY MEDYNSKI. C'est une maladie en pleine expansion, car les tiques prolifèrent dans la nature. D'ailleurs, on les retrouve de plus en plus haut, en montagne. Tout cela est lié à des facteurs environnementaux, climatiques, à l'augmentation de la faune sauvage et à la diminution des prédateurs des tiques... Les praticiens voient de plus en plus de cas dans leurs cabinets. Dans les régions les plus exposées, tout le monde connaît autour de lui des gens atteints de la maladie de Lyme. C'était assez inhabituel il y a encore quelques années.

 

Vous-même êtes atteint par la maladie de Lyme. Comment s'est-elle déclarée ?

J'étais très fatigué. J'avais des troubles cognitifs jusqu'à ne plus arriver à conduire en raison de problèmes de concentration. J'ai erré pendant trois ans et demi, car mes analyses sanguines étaient négatives. Un confrère a évoqué l'hypothèse de la maladie de Lyme. Un traitement global, dont des antibiotiques, a été concluant. Aujourd'hui, je me considère comme un ex-malade. Mais même si je n'ai plus de symptômes, je n'ai pas les moyens de savoir si la bactérie est éradiquée ou si je l'ai encore en moi, au repos dans l'organisme.

 

Comment la dépiste-t-on ?

On en est toujours dans un premier temps au test sanguin Elisa. Si ce test est positif, un autre doit le confirmer : le Western Bolt. Mais il faut savoir que pour l'un comme pour l'autre de ces examens, il y a différentes marques sur le marché qui ne sont pas toutes équivalentes. Ce qui fait que la sensibilité des tests est très très variable, allant de 30 à 70 %. Il y a donc un vrai problème de fiabilité. Il faudrait absolument mettre au point de nouveaux outils et ce pour différents types de Bor relia (NDLR : le nom ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant