Alep : l'apocalypse

le
0
Alep, le 23 septembre. Malgré les risques, le photographe indépendant Ameer Alhabi est resté à Alep, sa ville, depuis le début du conflit. «?Je crois que la guerre en Syrie ne se terminera jamais. [?] Mon but, c?est de montrer au monde extérieur toutes les souffrances qu?endurent les Syriens?», écrivait-il sur le blog de l'AFP le 28 avril.
Alep, le 23 septembre. Malgré les risques, le photographe indépendant Ameer Alhabi est resté à Alep, sa ville, depuis le début du conflit. «?Je crois que la guerre en Syrie ne se terminera jamais. [?] Mon but, c?est de montrer au monde extérieur toutes les souffrances qu?endurent les Syriens?», écrivait-il sur le blog de l'AFP le 28 avril.

Un déluge de feu s'abat depuis vendredi sur les quartiers d'Alep tenus par les rebelles. Selon l'OSDH (Observatoire syrien des droits de l'homme), une ONG basée à Londres, au moins 25 civils ont été tués samedi dans des raids aériens au deuxième jour de cette offensive du régime. Parmi les victimes figurent sept personnes tuées alors qu'elles faisaient la queue pour acheter du yaourt dans un marché du quartier de Boustane al-Qasr, d'après l'OSDH. « Le régime frappe durement cette zone parce qu'il veut pousser les gens à partir pour les secteurs d'Alep tenus par le gouvernement », a déclaré Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Vendredi, au moins 47 civils, dont sept enfants, avaient été tués dans des bombardements d'une intensité inouïe, selon l'ONG. L'OSDH a également fait état de combats entre forces rebelles et gouvernementales dans un secteur autour des quartiers d'Amiriya et de Cheikh Saïd, dans le sud d'Alep. À Boustan al-Qasr, une zone proche de la ligne de front qui divise la ville, le journaliste de l'AFP a vu des mares de sang, des corps aux membres arrachés, des blessés errant hagards dans la rue visée. Certaines artères ne sont plus qu'un amas de décombres : immeubles effondrés, poteaux électriques brisés, carcasses de voitures tordues, témoins de la violence des raids. Les rares passants contemplent incrédules les bâtiments écroulés, les balcons effondrés et les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant