Alep : "Il faut stopper cette hémorragie mortelle !"

le
1
Une attaque à la voiture piégée commise par l'EI à Alep le 25 janvier. 
Une attaque à la voiture piégée commise par l'EI à Alep le 25 janvier. 

Mgr Jean-Clément Jeanbart, archevêque d'Alep, était à Paris quand les bombardements se sont intensifiés sur sa ville. Alors que plusieurs dizaines de milliers de ses compatriotes fuient vers la Turquie sous un déluge de feu, il retournera chez lui jeudi matin, via Beyrouth. Avant de partir, il s'est confié au Point.fr

Le Point : Pourquoi voulez-vous rentrer ?

Mgr Jeanbart : Je veux être au milieu des miens en ces temps difficiles. Je veux les encourager à ne pas fuir, à rester chez nous. Nous vivons un moment très difficile. Un grand malheur nous assaille. C'est comme si l'on me poignardait une fois de plus. Depuis vingt ans que je suis archevêque d'Alep, je lutte pour que tout le monde reste au pays. Et c'est l'inverse qui se produit ! Non seulement notre pays a été détruit, mais il est aussi vidé de toutes celles et de tous ceux qui le font fonctionner. Il faut stopper cette hémorragie mortelle. La classe moyenne, qui est la colonne vertébrale d'une société, fond comme neige au soleil. Certains fuient la guerre, mais beaucoup profitent de la situation pour s'installer ailleurs. Il y a un an ou deux, pour aller au Canada par exemple, il était très difficile d'obtenir un simple visa de visite. Maintenant, c'est beaucoup plus facile ! Tout cela me laisse perplexe. Les Syriens se rendent au Canada, en Australie, en Suède, en Allemagne ; ils croient...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 12 mois

    il ne dit pas que c'est Assad qui fait fuir les habitants. Ils fuient parce qu'on les y incite et qu'on leur fait miroiter un eldorado!