Alec Reid, le Gandhi irlandais, est mort

le
0
Alec Reid oeuvrait depuis 2003 au Pays basque pour mettre fin au conflit entre l'ETA et le gouvernement espagnol.
Alec Reid oeuvrait depuis 2003 au Pays basque pour mettre fin au conflit entre l'ETA et le gouvernement espagnol.

Ils étaient venus nombreux mercredi, au pied du monastère de Clonard, dans les quartiers ouest de Belfast, rendre un dernier hommage au père Alec Reid. Chez les Irlandais, catholiques comme protestants, ce nom rappelle l'engagement d'un homme pour rassembler, au-delà des camps politiques et des clivages religieux. À l'âge de 82 ans, Alec Reid s'est éteint vendredi dans un hôpital de Dublin, en République d'Irlande. Son combat, c'est au Nord qu'il l'a mené, en Ulster, où depuis plus d'un siècle unionistes protestants (favorables au maintien de l'Irlande du Nord dans le giron britannique) et républicains catholiques (partisans de l'unification de l'île) mènent une guerre fratricide.En 1957, Alec Reid est ordonné prêtre puis envoyé dans la zone catholique de Belfast, épicentre de toutes les tensions et terrain d'action de l'Armée républicaine irlandaise (IRA). Là, il voit année après année les communautés s'entre-déchirer et ne peut se résoudre à l'inaction. Il commence notamment, comme le rappelle The Guardian, à enquêter sur "les douzaines de personnes enlevées et tuées par l'IRA sans laisser de trace". Un travail de l'ombre qui, à l'époque, "n'a pas été reconnu" ou rendu public.Unir les frères ennemis

En nationaliste convaincu, Alec Reid s'était aussi donné pour mission de mettre un terme aux guerres intestines qui rongeaient le mouvement républicain irlandais. En 1987, il parvient à faire taire les armes entre deux factions de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant