Alderweireld, l'axe de c½ur

le
0
Alderweireld, l'axe de cœur
Alderweireld, l'axe de cœur

Comme ses aînés, il a commencé du côté d'Anvers avant d'être élevé à la sauce Ajax. Progressivement, entre une nuit espagnole ratée et un Erasmus anglais réussi, Toby Alderweireld est devenu un boulon central du système Pochettino à Tottenham. La tête relevée.

Ce sont des images qui défilent. Florentino Pérez qui s'agite comme un Playmobil sur son siège, Carlo Ancelotti qui avale une pastille après un but, Gareth Bale qui fait un long calin à Di María, Xabi Alonso à deux doigts de craquer son costume. Des souvenirs d'une gifle prise lors d'une nuit lisboète. Un moment daté, le 24 mai 2014, à l'Estádio da Luz. C'est une finale de Ligue des champions, un bout d'histoire européenne où le Real soulève sa Décima. Du côté de Madrid, on fait la fête, en blanc. Le bleu, blanc, rouge de l'Atlético, lui, s'est fait déchirer au bout du scénario et de trente minutes de prolongation (1-4). Les hommes de Diego Simeone tenaient pourtant leur match. Ils le gagnaient même, jusqu'à la dernière seconde, et eux aussi se sont vus sur le podium des héros. Mais, finalement, on se souviendra d'eux dans les larmes de Cristian Rodríguez sur le banc, dans ces instants où Thibault Courtois était immobile, sonné par la dramaturgie. Ce soir-là, un homme, mèche plaquée, était entré à la quatre-vingt-troisième minute. Pour tenir le 1-0, rien de plus. Trop de pression. Au point de lâcher son marquage sur un corner et de tomber à la renverse devant Bale vingt minutes plus tard. La gueule au sol. Cet homme : Toby Alderweireld.

Le pendant de Vertonghen


Un gamin d'Anvers, l'une des communes les plus peuplées de Belgique perfusée au commerce de diamants. Son port et sa proximité géographique avec les Pays-Bas. Jusqu'à il y a encore quelques années, la ville était également animée par les sorties du Germinal Beerschot, aujourd'hui disparu après de nombreux problèmes financiers. Un club de foot qui a changé trois fois de nom, joué régulièrement l'Europe dans les années 90, mais qui est surtout reconnu pour ses noms. Il suffit de regarder un peu : Jan Vertonghen, Thomas Vermaelen, Moussa Dembélé et, donc, Toby Alderweireld. Des mecs aux parcours communs qui se sont envolés rapidement pour grandir footballistiquement. Direction les Pays-Bas, son championnat et ses académies, et l'Ajax avec lequel le Germinal possédait un solide partenariat. "Ils n'ont jamais joué en équipe première dans le championnat de Belgique. Que ce soit pour Vertonghen, Vermaelen ou Alderweireld, partir à l'Ajax était l'occasion de franchir un nouveau palier. Le foot hollandais était fait pour eux et l'Ajax, c'est avant tout une école d'exception


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant