Alcoolisme : utiliser le baclofène au cas par cas

le
0
L'Agence française du médicament admet désormais l'efficacité de ce décontractant musculaire dans le traitement de la dépendance à l'alcool.

Ce n'est pas une vraie autorisation, mais c'est une évolution certaine. Mercredi, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a admis pour la première fois que les médecins pouvaient prescrire désormais le baclofène dans le traitement de l'alcoolisme, mais seulement «au cas par cas». Ce médicament, utilisé habituellement comme décontractant musculaire en neurologie, pourrait réduire l'appétence pour l'alcool.

Depuis quatre ans, l'univers de l'addictologie est en ébullition sur la question du baclofène, utilisé de manière détournée par certains praticiens chez des personnes souffrant d'une dépendance à l'alcool. Certains experts estiment qu'il s'agit d'une véritable avancée thérapeutique pour soigner une pathologie contre laquelle la médecine est relativement impuissante. D'autres considèrent que pour l'instant rien n'a été franchement démontré. Cette nouvelle position de l'Agence en charge du médicament, annoncée lors d'un

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant