Alcoolisme : le baclofène à très haute dose interdit par l'Agence du médicament

le , mis à jour à 19:22
0
Alcoolisme : le baclofène à très haute dose interdit par l'Agence du médicament
Alcoolisme : le baclofène à très haute dose interdit par l'Agence du médicament

Début juillet, l'Agence du médicament (ANSM) tirait déjà la sonnette d'alarme, ce médicament ne pourra légalement plus être consommé à haute dose. L'ANSM a annoncé mardi avoir divisé par trois la dose maximale de baclofène pouvant être administrée pour traiter l'alcoolisme, «compte tenu du risque accru d'hospitalisation et de décès» lié à l'utilisation à haute dose de ce médicament.

Ce relaxant musculaire était autorisé depuis 2014 pour traiter la dépendance à l'alcool à des doses pouvant aller jusqu'à 300 mg par jour, dans le cadre d'une recommandation temporaire d'utilisation (RTU). L'ANSM abaisse cette dose maximale à 80 mg par jour.

La baisse de consommation doit être «progressive»

L'ANSM a néanmoins souligné que la réduction doit être «progressive», «du fait du risque de syndrome de sevrage», selon une lettre aux professionnels de santé mise en ligne mardi sur son site internet. Plusieurs médecins spécialistes des addictions ont protesté contre cette décision, qui avait été transmise dès vendredi aux professionnels de santé. Cette décision «sans concertation avec les spécialistes de terrain» n'est «pas adaptée» et entraîne des risques de rechute, ont-ils estimé.

Début juillet, l'ANSM avait rendu publique une étude conduite par l'Assurance maladie (Cnamts), qui conclut que le baclofène utilisé à fortes doses (au-delà de 180 mg par jour) est associé à un risque de décès de plus du double par rapport à celui observé avec les autres médicaments sur le marché pour traiter l'alcoolisme, et à un risque d'hospitalisation accru de 50%.

Un médicament initialement utilisé «contre la contraction involontaire des muscles», l'efficacité remise en cause.

C'est Olivier Ameisen, un cardiologue depuis décédé, qui avait popularisé ce médicament avec son livre «Le dernier verre». Il y racontait que le baclofène avait supprimé son envie de boire. La consommation a ainsi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant