Alcool : une association de prévention s'attaque aux neknominations

le
1
Alcool : une association de prévention s'attaque aux neknominations
Alcool : une association de prévention s'attaque aux neknominations

Vous avez déjà vu, sur Facebook, ces vidéos où des jeunes boivent cul sec un verre d'alcool puis nominent trois amis, qui doivent faire la même chose à leur tour ? Et bien sachez que partager ces videos pourrait vous valoir une condamnation. L'Association nationale de prévention en alcoologie et en addictologie (ANPAA) a adressé ce lundi une plainte contre X au procureur de Paris «afin que la justice fasse cesser ces diffusions. Un constat d'huissier à l'appui de la plainte a été réalisé sur des sites relayant ces vidéos».

Internet pourrait favoriser l'addictologie

Parmi les infractions qui pourraient être relevées par le Procureur, l'ANPAA cite dans sa plainte la provocation directe d'un mineur à la consommation habituelle et excessive de boissons alcooliques, infraction visée à l'article 227-19 du Code pénal, punie de deux ans d'emprisonnement et de 45 000 ? d'amende, et la mise en danger de la vie d'autrui telle que visée aux articles 121-3 du Code pénal et 223-1 du Code pénal.

L'association rappelle que les réseaux sociaux constituent désormais pour les jeunes une réalité sociétale incontournable, «un outil de prosélytisme et de diffusion de pratiques dans le champ des conduites addictives». «L'attractivité particulièrement marquée de ces réseaux sociaux pour les jeunes, les facteurs sociétaux et ceux propres à cet âge favorisant l'expérimentation des consommations et des pratiques à risques se conjuguent pour créer une situation particulièrement dangereuse qu'il est nécessaire de prévenir», conclut le communiqué.

Des internautes ripostent avec les «smartnominations»

Baptisé «Neknomination» de l'anglais «neck your drink» (boire son verre cul sec) et «nomination» (désigner quelqu'un), ce jeu dangereux a déjà fait quatre morts outre-Manche. Alors que les médecins tirent la sonnette d'alarme sur ce phénomène proche du «binge drinking» (beuverie express), des jeunes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le mardi 18 mar 2014 à 05:19

    "Internet pourrait favoriser l'addictologie". Je trouve ce raccourci pour le moins bizarre... Avec des affirmations de ce genre on pourrait dire qu'il faut éradiquer tous les Coréens du Nord car leurs dirigeants sont des dictateurs. Le problème se situe au niveau de la jeunesse, au moins une partie. L'idéal a disparu de son vocabulaire. Elle se détruit par des comportements nihilistes. Qui est responsable ? J'ai une petite idée... A chacun de s'interroger !