Alcool : seuls 8 % des malades pris en charge

le
0
À tous les niveaux, ce problème de santé publique, responsable de 49.000 décès par an, reste très sous-estimé en France.

Alors que l'alcool est directement impliqué dans 49.000 décès annuels, la recherche consacrée en France à ce problème pourtant majeur, fait de notre pays, le plus mauvais élève d'Europe avec l'Italie. «On manque de tout, confirme le Pr Mickaël Naassila, professeur de physiologie et directeur de recherche à l'Inserm sur l'alcool, à Amiens. On manque de chercheurs, de postes, de structures, bref, d'un vrai plan alcool pour répondre à l'ampleur du problème». Cela semble d'autant plus aberrant que l'alcool n'apporte pas seulement des ennuis au consommateur direct: au moins un tiers des affaires délictuelles et criminelles seraient liées de près ou de loin à l'alcool. Il faut encore y ajouter les nombreuses victimes de violences conjugales et les enfants présentant des séquelles, suite à l'absorption d'alcool de leur mère durant la grossesse.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant