Alcool au volant : le verre de trop coûte cher

le
0
DROIT DE LA ROUTE - Pour mieux comprendre l'environnement juridique de l'automobiliste et lui permettre de mieux se défendre.

L'alcool au volant est de plus en plus lourdement sanctionné depuis cinquante ans. Malgré cette longue traque, quatre infractions sur dix renvoient toujours à une alcoolémie excessive. Elle est à l'origine d'un gros tiers des accidents mortels (plus de la moitié pour les jeunes lors des week-ends ou des périodes estivales).

En pratique

Le seuil maximum légal de présence d'alcool est de 0,50 gramme pour mille dans le sang ou de 0,25 milligramme par litre d'air expiré. Au-delà, le contrevenant encourt une amende de 135 ¤ (90 ¤ si minorée) et un retrait de 6 points, ainsi qu'une immobilisation éventuelle du véhicule. La garde à vue ne peut pas, en revanche, être prononcée. Tout se complique si le taux d'alcoolémie dépasse 0,80 g dans le sang ou 0,40 milligramme dans l'air expiré, car la contravention devient alors un délit (art. L. 234-1 et L. 234-2). L'immobilisation du véhicule et la garde à vue sont inévitables. Le conducteur fautif encour

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant