Alcool : au bistrot, la modération a gagné

le
0
Alcool : au bistrot, la modération a gagné
Alcool : au bistrot, la modération a gagné

Une eau gazeuse, une ! Dans son bar à l'ancienne, avec banquettes en skaï, faïence aux murs et Loto à l'entrée, Michel Dumas a l'impression de ne servir « que ça, en ce moment : des Perrier et des Coca ». Et même si le demi reste un must dans son bistrot de quartier, situé derrière la gare Montparnasse à Paris, « l'alcool, ce n'est plus ce que c'était », constate-t-il en pointant du bout du menton trois cols blancs attablés en terrasse. Pour accompagner le plat du jour, le premier sirote un soda, le second un verre de vin rouge, le troisième s'en tient à l'eau, en carafe.

Les chiffres donnent raison à ces observations, partagées par les autres cafetiers de Montparnasse. Selon le baromètre annuel 2015 de l'association d'alcooliers Entreprise & Prévention, que nous dévoilons, les Français se modèrent face à la bouteille. « La consommation en alcool des ménages est de plus en plus occasionnelle, résume Alexis Capitant, directeur général d'Entreprise & Prévention. Une majorité, 56 % exactement, en boit moins d'une fois par semaine. »

«Quand je prends du vin j'en choisis un bon»

Ils deviennent rares ceux qui, comme Boris Vian autrefois, boivent « systématiquement ». Selon le sondage Ifop*, réalisé pour le baromètre d'Entreprise & Prévention, 12 % des Français lèvent le coude tous les jours. La majorité sont des hommes, de 60 ans et plus. Surtout, quand il sort, au restaurant, au café, dans un bar ou une discothèque, moins d'un client sur deux (43,9 %) commande aujourd'hui une boisson alcoolisée et, quand il le fait, il a tendance à sélectionner son breuvage avec soin. Adieu piquette ! Pierre, un cadre parisien de 25 ans, ne commande ni rouge ni blanc à déjeuner, parce qu'il trouve que « ce n'est pas sain ». Mais il lorgne sur les cocktails pendant les happy hours des cafés, et au supermarché il préfère les produits au packaging soigné, qui lui semblent de meilleure qualité. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant