Alcatel : Macron reproche à Combes de «quitter le navire»

le , mis à jour à 15:24
16
Alcatel : Macron reproche à Combes de «quitter le navire»
Alcatel : Macron reproche à Combes de «quitter le navire»

En pleine polémique sur la rémunération de Michel Combes, l'ex-directeur général d'Alcatel-Lucent, Emmanuel Macron ne cherche pas à calmer le jeu. Ce mercredi matin, à l'issue du conseil des ministres, le locataire de Bercy a condamné également les circonstances de ce départ, en pleine fusion avec Nokia. «Il n'est pas compréhensible ni acceptable que M. Combes prenne la décision aujourd'hui de quitter l'entreprise alors que l'opération n'est pas terminée (...) Il n'est pas normal qu'un grand dirigeant d'entreprise quitte le navire le premier», a lancé le ministre.

Evoquant «un cas véritablement de mauvais comportement d'entreprise» et un manque de «respect vis-à-vis des 55.000 salariés du groupe Alcatel-Lucent», le ministre de l'Economie a considéré qu'«il faut que les dirigeants d'entreprises comme les politiques prennent conscience que nous sommes collectivement responsables dans ce genre d'affaires».

«En termes de procédures, a ajouté Emmanuel Macron, l'opération qui a été négociée entre le conseil d'administration et M. Combes pose plusieurs problèmes», pour des raisons de «calendrier - il n'est pas normal que pour des mandataires sociaux, on change en dernière minute des règles de séparation  -», et de «clauses spécifiques, en particulier de non-concurrence, négociées tardivement», en lien avec le nouvel emploi de Michel Combes. Ce dernier a quitté en début de semaine ses fonctions de PDG d'Alcatel-Lucent pour prendre la présidence du Conseil d'administration de Numéricable-SFR.

«Sur tous ces sujets, nous attendons la réponse de deux institutions : l'Autorité des marchés financiers aura à se prononcer sur les messages communiqués au marché par l'entreprise et par M. Combes. Le Haut comité de gouvernement d'entreprise doit regarder la régularité de ce cas au regard du code Afep-Medef», a ajouté le ministre de l'Economie. «Nous aurons, je pense, d'ici la fin de semaine prochaine les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • t_n_t le mercredi 2 sept 2015 à 16:56

    la maphia des patrons tient le cap

  • gl060670 le mercredi 2 sept 2015 à 15:56

    OUHA le grand patron un exemple pour tous....

  • f5gbi le mercredi 2 sept 2015 à 15:55

    Remarquez que quand on voit un club payer 60 Ms un mec qui court derrière un ballon, on est en droit de se demander où est l'excès !!! Mon clébar court derrière la baballe pour pas un rond !!

  • audurea6 le mercredi 2 sept 2015 à 15:51

    Boycottez Numéricable et SFR

  • f5gbi le mercredi 2 sept 2015 à 15:50

    Une prime, ça se mérite !! Bref, M.Combes aura gagné en 2 ans 16 millions d'euros !!! (14 Ms de prime + 2x1 Ms d'euros de salaire) ! Pas mal !!!

  • paspil le mercredi 2 sept 2015 à 15:48

    la droite nous sortait les memes betises, il y a peu de temps ... faut arreter avec internet le francais a retrouvé la memoire ... il peu voir que rien ne change et peu importe le gouvernement droite ou gauche, les mots changent l'inaction domine.

  • squal72 le mercredi 2 sept 2015 à 15:44

    Des donneurs de leçons, 4 milliards de perdu avec AREVA+ 2 de plus avec des navires non vendus (sans doute plus encore mais on le saura que plus tard). pour rappel, l'Etat avait abandonnée le navire ALCATEL en 2000 bien avant Mr COMBES, le laissant à la merci d'OPA et laissant le pays France avec une infrastructure Internet très moyenne. Il suffit de voir ce qu'a fait la Korée de Sud avec son réseau Internet, l'un des meilleurs du monde.

  • T20 le mercredi 2 sept 2015 à 15:41

    De quoi je me mêle ? ce n'est pas la SNCF, EDF, La Poste, etc...

  • gendrefr le mercredi 2 sept 2015 à 15:40

    couturec: combes un grand patron ouarf il n'a pas mis un rond dans cette entreprise .

  • dumont47 le mercredi 2 sept 2015 à 15:38

    macron moi je te reproche de rester sur le navire dans lequel tu n'aurais même jamais du embarquer