Alcatel, Alstom, Dailymotion, ou le patriotisme économique à géométrie variable

le
0
Alcatel, Alstom, Dailymotion, ou le patriotisme économique à géométrie variable
Alcatel, Alstom, Dailymotion, ou le patriotisme économique à géométrie variable

Le gouvernement a beau jeu de brandir un "patriotisme à l'échelle européenne" dans le cadre du passage d'Alcatel-Lucent sous pavillon finlandais. Son action pour défendre les fleurons de l'industrie française est en réalité très fluctuante, selon des experts.Cette stratégie est revendiquée, le ministère de l'Economie "fait preuve d'un volontarisme parfaitement lucide, très pragmatique. Il ne s'agit pas d'intervenir tous azimuts", explique-t-on dans l'entourage du ministre de l'Economie Emmanuel Macron. "On cible les choses qui sont importantes pour le pays, soit en raison des impacts positifs, en matière de recherche par exemple, soit de l'impact que cela peut avoir sur la filière, sur l'écosystème, sur l'emploi."Dans le cas du rachat du franco-américain Alcatel-Lucent par Nokia, il n'y aura pas, a assuré le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, d'"affaiblissement industriel de la France"."Clairement il y a eu un changement avec le gouvernement Valls-Macron. On est dans une politique beaucoup plus libérale de la gauche, qui ne revendique pas forcément le protectionnisme des capitaux et des savoirs-faire, qui estime que ce n'est pas parce qu'on laisse les entreprises étrangères s'intéresser à ce qu'on a, qu'on va perdre la main sur nos entreprises", relève auprès de l'AFP Ludovic Subran, économiste à Euler hermes.L'Etat s'est ainsi montré discret dans la fusion entre les cimentiers Lafarge et Holcim, prévoyant que le nouveau groupe aura son siège en Suisse.Pour Alcatel-Lucent, le gouvernement a bien exigé des contreparties en termes d'emplois, en particulier sur la recherche et développement. Il n'empêche. Le nouvel ensemble sera baptisé "Nokia Corporation", basé en Finlande et dirigé par les actuels patrons de l'équipementier finlandais.Le précédent ministre de l'Economie Arnaud Montebourg avait aussi tenté de s'immiscer dans la vente des activités ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant