Albioma annonce sa première acquisition de centrale au Brésil

le
0

PARIS (Reuters) - Le producteur indépendant d'électricité français Albioma a annoncé mardi sa première acquisition de centrale au Brésil et des résultats 2013 en forte progression, grâce notamment à des hausses de tarifs.

Spécialisé dans la biomasse, l'ex-Séchilienne Sidec a précisé dans un communiqué qu'il rachèterait pour 137 millions de reals brésiliens (43 millions d'euros) la centrale Rio Pardo Termoelétrica, une unité de cogénération - fonctionnant à partir de bagasse (résidu de canne à sucre) et de charbon - située dans l'Etat de Sao Paulo.

Mise en service en 2009, cette unité affiche une puissance installée de 60 mégawatts (MW) comparable à celle des autres centrales du groupe. Elle est adossée à une sucrerie qui traite aujourd'hui 2,1 millions de tonnes de canne à sucre par an, a indiqué Albioma.

Le groupe a ajouté que cette acquisition, qui reste soumise à la levée de certaines conditions, serait financée à 50% en dette locale et 50 % en fonds propres et devrait avoir un impact positif sur sa profitabilité dès 2014.

Ces annonces ont entraîné une forte hausse de son action en Bourse, qui gagnait 6,7% à 19,69 euros vers 9h40, enregistrant un gain de 16,5% depuis le début de l'année, après +17,2% en 2013, pour une capitalisation de 574 millions.

"Au?delà de chiffres de bonne qualité et de la confirmation des objectifs (...), la bonne nouvelle provient du premier investissement réalisé au Brésil, opération attendue par le marché et qui confirme la crédibilité de l'expansion internationale d'Albioma", a estimé Portzamparc dans une note.

Albioma avait annoncé en mars 2013 qu'il se donnait trois ans pour investir au Brésil dans des projets de centrales brûlant de la bagasse, un résidu de la canne à sucre dont le pays est le premier producteur mondial.

Le groupe a précisé mercredi être "en discussion active avec plusieurs sucriers brésiliens pour la reprise d'usines existantes ou la construction de nouvelles unités de cogénération avec l'objectif de réaliser un nouveau projet tous les 12 à 18 mois".

Albioma a également annoncé qu'il visait pour 2014 un résultat brut d'exploitation (Ebitda) de 123 à 126 millions d'euros, ainsi qu'un résultat net part du groupe de 33 à 35 millions, et a réitéré ses objectifs pour 2016.

Le groupe, qui a notamment obtenu d'EDF une revalorisation des tarifs de rachat de l'électricité produite par ses centrales à La Réunion, a enregistré au titre de 2013 un résultat net part du groupe de 42,6 millions d'euros (+33%), un Ebitda de 133,6 millions (+11%) et un chiffre d'affaires de 364,3 millions (+2% hors effet matières premières).

Il propose un dividende de 0,60 euro par action, contre 0,59 euro au titre de 2012, avec une option pour le paiement de 50% de ce dividende en actions nouvelles.

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 42,1 millions d'euros, un Ebitda de 127 millions, un chiffre d'affaires de 376 millions et un dividende de 0,62 euro.

(Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant