Albert Uderzo n'est pas victime d'un abus de faiblesse

le
0
LA JUSTICE ESTIME QU'ALBERT UDERZO N'EST PAS VICTIME D'UN ABUS DE FAIBLESSE
LA JUSTICE ESTIME QU'ALBERT UDERZO N'EST PAS VICTIME D'UN ABUS DE FAIBLESSE

PARIS (Reuters) - Le dessinateur et scénariste de bande dessinée Albert Uderzo, cocréateur d'Astérix, n'est pas victime d'un abus de faiblesse comme l'affirme sa fille, ont estimé les juges.

En mars 2011, Sylvie Uderzo avait déposé plainte contre X pour "abus de faiblesse", jugeant que son père, qui a aujourd'hui 86 ans, était la proie de prédateurs qui en veulent à sa fortune, ce que ce dernier dément.

"Quand on a un certain âge, on a le droit d'être manipulé et d'être manipulable par des hommes en costume-cravate même si l'on n'est pas sénile", avait-elle expliqué la semaine dernière sur Europe 1.

Mais les juges Jean-Michel Berges et Dominique Kirchner ont estimé mardi, après deux ans et demi d'instruction, qu'il n'existe pas "de charges suffisantes contre quiconque d'avoir commis les faits d'abus de faiblesse" à l'encontre du dessinateur, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Selon eux, Albert Uderzo est lucide, n'est pas en état de vulnérabilité et possède une pleine capacité à prendre des décisions.

Dans un communiqué, Albert Uderzo et son épouse Ada expriment leur "immense satisfaction" et "souhaitent que cette décision mette un terme au harcèlement judiciaire et médiatique orchestré par leur fille Sylvie Uderzo et leur gendre Bernard de Choizy".

Le 2 décembre, le dessinateur et son épouse avaient annoncé leur décision de porter plainte contre leur fille et son gendre pour "violences psychologiques".

"Ces actes ont pour unique objet de porter atteinte à notre intégrité psychologique, de hâter notre affaiblissement pour mettre la main sur notre patrimoine", écrivent-ils pour justifier leur plainte.

Cette saga familiale a éclaté en 2007, quand Sylvie Uderzo et son époux ont été remerciés par les éditions chargées des albums conçus après le décès du co-auteur René Goscinny en 1977.

En décembre 2008, la société avait été cédée à Hachette Livre, mais Sylvie Uderzo avait refusé dans un premier temps de vendre ses parts, avant de s'y résoudre en 2011.

Outre les poursuites pour abus de faiblesse, la fille du dessinateur a porté plainte en septembre pour faux témoignage contre l'expert-comptable du couple.

Le célèbre Gaulois Astérix est le héros de la bande dessinée la plus vendue, avec plus de 352 millions d'albums, et la plus traduite (111 langues et dialectes) au monde.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant