Alavés en héros, Griezmann forte tête

le
0
Alavés en héros, Griezmann forte tête
Alavés en héros, Griezmann forte tête

Alors que le Real de Modric a assurée et l'Atlético de Griezmann rassuré, le Barça s'est offert son premier couac de la saison face au Deportivo Alavés. Une première cette saison, tout comme la folle défaite de Las Palmas sur la pelouse sévillane.

L'equipazo du week-end : Deportivo Alavés

Après trois journées de Liga, la fin du calvaire du Deportivo Alavés prend de doux airs de rêves éveillés. Déjà revenus au score miraculeusement face à l'Atlético Madrid pour l'ouverture du championnat (1-1), les Basques tiennent le premier exploit de la saison : un succès au Camp Nou (1-2). Pour ce, le nouvel entraineur du Glorioso et ancien Blaugrana, Mauricio Pellegrino, met en place un système tout en béton (5-4-1) qui ne délaisse aucun espace au Barça. Privés de Messi, Suarez et Iniesta, tous sous la guérite au coup d'envoi, les Culés manquent d'imagination, tournent sans réussite autour du bloc adverse et sont incapables de trouver la moindre faille. Un premier acte raté qui s'accompagne même d'une ouverture du score de Deyverson. De retour à égalité sitôt la reprise grâce à Jérémy Mathieu, les Catalans pensent tenir le bon bout, en vain. Car malgré les entrées de leurs trois stars, ils cèdent à nouveau devant une recrue d'Alavés, cette fois Ibai Gomez, avant de se casser les dents sur la défense d'un promu toujours invaincu cette saison. ¡ Aupa Glorioso !

Le Don Quichotte du week-end : Luka Modric
( Real Madrid)

L'espace d'un instant, le Santiago Bernabéu se mure dans le silence. Luka Modric, bras sur la cuisse, visage grimaçant, laisse craindre le pire après cinq petits tours de cadran. Puis, il se relève et renvoie l'antre madridista à son bonheur de profiter de ses délicatesses. Une joie intense qui, une heure durant, ensorcelle tous les spectateurs merengues. Du petit pont à la roulette, des passements de jambes aux ouvertures millimétrées de l'extérieur, le natif de Zadar récite une partition qu'il ponctue d'un petit pion personnel, le dernier de l'escarmouche madrilène (5-2). En soi, un 31e anniversaire parfait pour le Cruyff des Balkans, sorti sous une pluie d'applaudissements du Bernabéu. Esthète des lieux, Zinédine Zidane s'est laissé aller à quelques compliments : "Nous savons quel joueur Luka est. Nous n'avons pas besoin de plus d'informations. Je ne suis pas seulement content de sa prestation, mais du travail qu'il effectue depuis…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant