Alan Turing, le scientifique et héros de guerre enfin gracié

le
0
Alan Turing, le scientifique et héros de guerre enfin gracié
Alan Turing, le scientifique et héros de guerre enfin gracié

La loi sur la protection des bonnes m?urs dans une Grande-Bretagne conservatrice et hostile aux homosexuels avait fait de lui un paria. Alan Turing, mathématicien de génie mort en 1954, était pourtant un héros de la Seconde Guerre mondiale, décoré de l'ordre de l'Empire britannique. Ses travaux ont largement contribué à décrypter les codes secrets de l'armée allemande et, notamment, ceux de la Kriegsmarine. Une opération menée avec des savants polonais. Turing faisait aussi partie du petit cercle de scientifiques informés des projets des premières bombes nucléaires. Considéré par l'histoire comme le premier informaticien, Alan Turing s'est suicidé en 1954, à 41 ans, en croquant dans une pomme imprégnée de cyanure. Hommage ou hasard, la pomme est devenue l'emblème d'une célèbre marque de matériel informatique? Condamné pour homosexualité en 1952, le mathématicien a été gracié, hier, par la reine d'Angleterre, Elizabeth II. Une grâce qui vaut réhabilitation pour celui qui contribua à écourter la guerre.

Le précurseur de l'informatique

La reine Elizabeth II, dernier chef d'Etat en poste à avoir connu et participé à la Seconde Guerre mondiale, n'a pas hésité un instant. La monarque a signé, sur proposition du ministre de la Justice britannique, la grâce. Celle-ci mettait en avant « l'apport décisif de ce scientifique pour briser les codes Enigma contribuant ainsi à sauver des milliers de vies », précise le ministre Chris Grayling. Une démarche inédite, mais surtout symbolique pour un savant à la personnalité hors du commun. Un précurseur de la machine universelle qu'est l'ordinateur dont il définira les principes dès 1936.

Brillant, génial, le jeune Turing est vite repéré et part faire son doctorat à l'université de Princeton (Etats-Unis) sur l'hypercalcul. C'est là que les services secrets remarquent cet esprit vif et intransigeant. Lorsqu'il retourne à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant