Alan Pardew enflamme le Palais de Crystal

le
0
Alan Pardew enflamme le Palais de Crystal
Alan Pardew enflamme le Palais de Crystal

Arrivé en grande pompe début janvier, Alan Pardew a déjà remis Crystal Palace sur de bons rails, alors que certains lui annonçaient l'enfer. Retour sur un pari en passe d'être réussi.

Le 3 janvier dernier, après de longues négociations, Crystal Palace célèbre enfin le retour d'Alan Pardew dans le Sud de Londres. À l'époque, le choix du héros de la demi-finale de la Cup 1990 suscite pourtant quelques interrogations. Il faut dire qu'après un début de saison difficile à Newcastle, marqué par le mécontentement répété des supporters des Magpies, le natif de Wimbledon avait réussi à redresser la barre, et stabiliser le club à une solide neuvième place. A contrario, Crystal Palace, en pleine tourmente, pointait alors à une dangereuse dix-huitième place après une horrible série où il n'avait remporté qu'un seul match sur les quatorze dernières journées de championnat. Bref, à y regarder de plus près, le retour de l'enfant prodigue sur le banc, pour remplacer Neil Warnock, avait malgré tout des airs de piège déguisé. Mais voilà, Pardew, que l'on pensait inamovible à Newcastle, avec son contrat de huit ans, a rapidement fait son choix. Plus que l'argent - on parle d'un salaire doublé et d'un bonus d'un million de livres en cas de maintien - Pardew a quitté un mariage confortable mais fragilisé pour tenter sa chance avec un amour de jeunesse perdu de vue.
Opération sauvetage
?Sauf qu'en ce 3 janvier 2015, au moment de la signature, un énorme chantier se présente face à lui. Tout d'abord, comme souvent dans ce genre de situations, il s'agit de redonner confiance à un groupe lessivé par l'autoritarisme affirmé de son prédécesseur. Pardew a peu de temps devant lui, puisqu'une semaine plus tard se profile un premier gros test face aux Spurs de Mauricio Pochettino. Alors, l'ex-manager des Magpies rassure, redonne confiance et retravaille le système tactique. Adieu le 4-2-3-1 et le 4-3-3 brouillon de Warnock, place au 4-1-4-1 plus compact, mais également plus explosif sur les côtés. Premier test d'ailleurs largement réussi avec une superbe victoire, 2-1, face aux Spurs, avant d'enchaîner sept jours plus tard avec une remuntada à la sauce Worcester sur le terrain de Burnley (2-3). Un match au sortir duquel le latéral Martin Kelly se montre dithyrambique à l'égard du nouveau manager : "Il a amené une grande expérience au sein du club et un élan dont les...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant