Alain Vidalies pressenti pour succéder à « Rebs »

le
0
Alain Vidalies pressenti pour succéder à « Rebs »
Alain Vidalies pressenti pour succéder à « Rebs »

Drôle de baisser du rideau gouvernemental avant la pause d'août ! Alors que le dernier Conseil des ministres s'est tenu hier, les couloirs ne bruissaient que de cela : le départ au pire moment de François Rebsamen.

Comme nous le révélions dans nos colonnes jeudi, l'actuel ministre du Travail souhaite reprendre les clés de la mairie de Dijon. « Il a fait le choix du cœur », confie un proche, désarçonné par le décès impromptu en début de semaine d'Alain Millot, ancien premier adjoint devenu maire de la ville à la suite de l'entrée de François Rebsamen au gouvernement en avril 2014. Un événement qui a « précipité les choses ». Car, s'il remporte la mairie de Dijon à l'issue du vote du conseil municipal prévu le 10 août, « Rebs » devra quitter son poste au gouvernement, non-cumul des mandats oblige. Selon nos informations, l'Elysée et Matignon se donnent une quinzaine de jours pour lui trouver un remplaçant.

Sale temps pour François Hollande, qui doit se séparer d'un fidèle d'entre les fidèles et essuie en plein milieu de l'été un nouveau coup dur venu de la Rue de la Grenelle. Là où se niche le très stratégique QG du ministère du Travail chargé d'inverser la courbe du chômage. « Ça fait vraiment désordre aux yeux de l'opinion », confesse un socialiste. Un couac de plus, quelques jours à peine après les déclarations polémiques de Rebsamen sur la « stabilisation » en trompe-l'œil des chiffres du chômage de juin (nos éditions du 29 juillet). Rude défi aussi pour le prochain ministre du Travail qui devra prendre le poste au vol. Et essuyer les plâtres avec des dossiers très délicats à piloter immédiatement : réforme des retraites complémentaires, négociation de l'assurance chômage et conférence sociale en octobre.

« Le job est compliqué. La réélection de Hollande est gagée sur le recul du chômage. Pas question que ce soit un bleu ! » lance un député, inquiet. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant