Alain Le Roy abandonne sa casquette de patron des Casques bleus

le
0
Ban Ki-moon salue la «vision, le courage et la dévotion exceptionnelle» de celui qui fut son secrétaire général adjoint.

Après trois années passées à l'un des postes les plus exigeants aux Nations unies, le chef des opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy, tire sa révérence mercredi.

En trois ans, celui qui commanda 120.000 hommes dans 15 missions à travers le globe, aura eu à gérer un nombre impressionnant de crises. La guerre au Congo, le désastre du Darfour et les violences au Soudan, le tremblement de terre en Haïti, l'impasse en Côte d'Ivoire, les échanges de tirs réguliers à la frontière israélo-libanaise.

«Il n'y a pas eu d'erreur majeure, regardez sur la carte, presque partout, nous avons fait la différence», assure le Français, dans son bureau aux grandes baies vitrées de l'ONU. Ce géant débonnaire de 1,94 m est jugé fin diplomate par ses pairs. On le dit ouvert, réceptif et pragmatique. «Il est souvent sur le terrain, c'est un sous-secrétaire très impliqué dans les dossiers au quotidien», estime Bill Durch, du Stimson Center, à Washington.

Hanté par

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant