Alain Juppé : Nicolas Sarkozy «est mon principal concurrent»

le
1
Alain Juppé : Nicolas Sarkozy «est mon principal concurrent»
Alain Juppé : Nicolas Sarkozy «est mon principal concurrent»

C'est un véritable «combat» dans lequel s'est lancé Alain Juppé, selon ses propres termes. Et dans cette cette bataille, Nicolas Sarkozy est selon lui son «principal concurrent».

Candidat à la primaire UMP pour 2017, le maire de Bordeaux détaille dans l'hebdomadaire de droite Valeurs Actuelles, à paraître demain, sa position par rapport à l'ancien président, qui souhaite également revenir dans l'arène politique. Nicolas Sarkozy devrait en effet annoncer prochainement son retour.  

«Je souhaite mener un combat (...) sur des questions de fond»

L'ancien Premier ministre a d'abord rappelé son opinion respectueuse l'ex-président. «Je n'ai jamais attaqué Nicolas Sarkozy, je défends son bilan, j'ai une longue histoire avec lui, j'ai beaucoup d'estime pour lui, je crois qu'il en a aussi pour moi». Il précise toutefois qu'il souhaite désormais «mener un combat, le mot n'est pas guerrier, disons une compétition, sur des questions de fond, sans animosité contre quiconque».

Selon l'ancien Premier ministre, ce qui le différencie de l'ex-président, c'est qu'il «croi(t) moins aux ruptures brutales et davantage à l'esprit de rassemblement et d'apaisement (...) Pour réformer la France, il faut d'abord éviter les clivages inutiles», insiste-t-il. Alain Juppé annonce enfin que les deux hommes «aurons(t), le moment venu, des débats de fond».

«Une primaire ouverte est indispensable»

Le maire de Bordeaux, qui devance l'ancien président chez les Français de droite dans plusieurs sondages, affirme qu'«une primaire ouverte à tous les sympathisants de la droite et du centre, à tous les partisans de l'alternance républicaine» est «absolument indispensable».

«Si nos légitimes compétitions ne sont pas soldées dans le cadre de la primaire, elles se cristalliseront au premier tour de l'élection présidentielle, avec un risque majeur que le candidat de notre famille soit absent du second tour. Je crois aussi que cela ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8869453 le mercredi 10 sept 2014 à 09:00

    L'énergie que dépensent ces gens-là pour être élus, c'est là le drame.