Alain Juppé et François Fillon unis sur le front des municipales

le
1
ALAIN JUPPÉ ET FRANÇOIS FILLON UNIS SUR LE FRONT DES MUNICIPALES
ALAIN JUPPÉ ET FRANÇOIS FILLON UNIS SUR LE FRONT DES MUNICIPALES

par Claude Canellas

SAINT-MEDARD-EN-JALLES (Gironde) (Reuters) - Les élections municipales de mars prochain sont un enjeu national face à la politique menée par le gouvernement socialiste, ont estimé jeudi soir en Gironde les deux anciens premiers ministres UMP Alain Juppé et François Fillon.

La salle du Centre Pierre Mendès-France de Saint-Médard-en-Jalles, commune de 28.000 habitants située dans l'agglomération bordelaise, avait fait le plein de militants venus soutenir la candidature de Jacques Mangon, tête de liste de l'opposition qui se présente face à Serge Lamaison, maire (PS) sortant.

Par sa présence sur l'estrade au côté d'Alain Juppé, François Fillon a voulu exprimer la volonté de rassemblement de l'opposition pour cette bataille nationale qui s'engage.

"Notre famille politique est rassemblée lorsqu'il s'agit de défendre des valeurs communes. Nous sommes aujourd'hui coude à coude et ce n'est pas seulement un geste de confiance mutuelle, c'est aussi un message que nous voulons adresser à tous ceux qui pensent que l'UMP est en mal de crédibilité", a déclaré l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

"J'ai la faiblesse de penser que l'union de nos expériences et de nos convictions est plus forte que tous ceux qui, à gauche et à l'extrême droite, prétendent parler au nom des intérêts de notre pays", a-t-il ajouté.

François Fillon qui s'est dit décidé à combattre le gouvernement "parce qu'il affaiblit notre pays", a également dénoncé le programme du Front national, qui serait "le retour aux années 30". La droite est là "pour défendre une autre vision de notre pays", a-t-il souligné.

"UN BILAN CALAMITEUX"

L'ex chef du gouvernement a dénoncé "un bilan calamiteux", les 50 milliards d'impôts supplémentaires en moins de 18 mois dont seulement 20 sont, selon lui, consacrés à la baisse des déficits publics. "Tout le monde a compris qu'il s'agit d'un tour de passe-passe pour permettre au Premier ministre de durer jusqu'aux municipales.

"Les municipales, c'est l'occasion de dire stop à cet assommoir fiscal", a-t-il lancé sous les applaudissements.

Si la politique du gouvernement n'a pas non plus trouvé grâce aux yeux d'Alain Juppé, celui-ci a rappelé l'enjeu local tant à Saint-Médard-en-Jalles, dirigée depuis 1983 par Serge Lamaison, qu'au niveau de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) actuellement dirigée par le socialiste Vincent Feltesse.

"Nous avons de bons espoirs de victoire", a-t-il poursuivi, présentant un véritable catalogue des projets de l'opposition à la CUB, en ordre de bataille dans les 28 communes de l'agglomération.

Pour le maire de Bordeaux, le succès de la droite devrait être tout aussi possible au niveau national.

"Le vent est porteur pour que la droite remporte de nombreuses victoires" parce que "la France ne cesse de s'enfoncer dans une spirale de déclin".

"La situation d'aujourd'hui, c'est: pas de croissance, pas de recul du chômage. Et ce n'est pas la faute de l'héritage, c'est parce que de mauvaises décisions ont été prises, parce qu'un matraquage fiscal a été imposé à notre pays", a-t-il lancé.

Le maire de Bordeaux a dénoncé "une mauvaise politique économique et sociale qui aboutit à une crise politique parce que le pouvoir en place n'a plus la confiance de l'opinion".

Edité par Jean-Philippe Lefief

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dgui2 le jeudi 5 déc 2013 à 23:34

    ----"Les élections municipales de mars prochain sont un enjeu national face à la politique menée par le gouvernement socialiste, ont estimé jeudi soir en Gironde les deux anciens premiers ministres UMP Alain Juppé et François Fillon"------ Enfin, on dirait que ces deux-là ont compris le problème.