Alain Chouet : Kouachi-Coulibaly, "des professionnels de la violence criminelle"

le
0
Alain Chouet a dirigé le service de renseignements de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002.
Alain Chouet a dirigé le service de renseignements de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002.

Le Point.fr : Combien de temps, de moyens financiers et humains sont-ils nécessaires pour monter une action comme celle qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo ? Alain Chouet : L'attentat contre Charlie Hebdo porte la marque d'un véritable professionnalisme. C'est une opération qui demande une excellente coordination entre les acteurs, qui doivent donc bien se connaître, une préparation minutieuse et assez longue pour identifier parfaitement les lieux et les cibles à frapper, repérer avec précision les itinéraires d'accès à l'objectif et de repli après l'attentat. En revanche, la forme d'action est assez peu coûteuse, exécutée avec des armes et des matériels d'usage courant dans les milieux du grand, et même - maintenant - du petit banditisme. Quant aux moyens humains, ils se bornent à trois personnes, peut-être assistées d'une ou deux autres pour la reconnaissance d'objectif. Peut-on dire que cet attentat marque un tournant ? Absolument. On a changé de registre. On est assez loin des "amateurs" isolés et plus ou moins psychiatriques du genre Mohammed Merah ou Jérémie Louis Sidney en France, des frères Tsarnaev aux États-Unis, voire d'un Anders Breivik en Norvège. Si l'identité des suspects - déjà connus des services de police - est confirmée, on serait en présence de professionnels de la violence criminelle qui essaient depuis plusieurs années de se trouver un destin politique et de rentabiliser...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant