Alain Braghieri : "Ils ont même changé leur gardien pour qu'on puisse en mettre un"

le
0
Alain Braghieri : "Ils ont même changé leur gardien pour qu'on puisse en mettre un"
Alain Braghieri : "Ils ont même changé leur gardien pour qu'on puisse en mettre un"

Kamini a aujourd'hui 35 ans mais a surtout posé Marly-Gomont sur une carte. Le club de foot prend désormais le relais, en se prenant des pilules à chaque match. Rencontre avec le président qui a déjà "reçu un mail d'un journaliste brésilien pour en parler".Il y a quelques semaines, Marly Gomont est revenu sous les feux des projecteurs. Non pas que Kamini a ressorti un nouveau rap de province, mais plutôt que le club du village, classé en championnat amateur senior en 2e division de district de l'Aisne, s'est ramassé un 20-0 contre Tupigny en jouant avec un gardien de 61 ans qui avait lui-même remplacé le premier dernier rempart, parti pour un vêlage En ce jour des 35 ans de Kamini, alors que l'ASMG vient d'en prendre 13 contre le FC Vaux Andigny, retour avec Alain Braghieri, le président, sur le fonctionnement de cette formation de village qui fait évoluer des gamins avec - presque - leurs grands-pères et sur le véritable contexte de ce match fou contre Tupigny.

Comment vous êtes-vous retrouvé président de l'AS Marly-Gomont ? Je suis arrivé il y a 27 ans parce que je viens du Sud-Est de la France. Je suis arrivé à Marly-Gomont suite à une mutation pour La Poste.
C'est un peu le même parcours que dans les Ch'tis, ça C'est le même parcours ! La seule différence, c'est que moi, ça n'était pas par mesure disciplinaire. Sinon, il y a la même ambiance, je me suis beaucoup retrouvé dans le film.
Vous avez joué pour Marly-Gomont ? J'ai eu une carrière de footballeur moyenne qui m'a amené finalement ici à l'âge de 30 ans. J'ai enchaîné en tant qu'entraîneur des jeunes, puis de l'équipe première avant de me retrouver président quand mon prédécesseur a lâché la main, ça va faire presque 20 ans.
Quelle est la relation entre le club de foot de Marly-Gomont et ses habitants ? Pendant un moment, dans les 70-80, il n'y avait que le football comme activité. Après, depuis Internet, les Play Station il y a un peu moins de relationnel. Il y a moins d'intérêt pour le foot de la part des jeunes. Déjà, ils n'ont pas la même mentalité, ils n'ont pas le même goût de l'effort qu'on avait à l'époque, ils n'ont pas les mêmes dispositions psychologiques, et puis maintenant il y a aussi le tennis et le basket à Marly-Gomont.
Quel est l'objectif d'un club comme le vôtre : jouer uniquement avec les gars de la région ou tenter d'aller le plus haut, quitte à payer des salaires à des joueurs d'ailleurs ?




Il y a quelques semaines, Marly Gomont est revenu sous les feux des projecteurs. Non pas que Kamini a ressorti un nouveau rap de province, mais plutôt que le club du village, classé en championnat amateur senior en 2e division de district de l'Aisne, s'est ramassé un 20-0 contre Tupigny en jouant avec un gardien de 61 ans qui avait lui-même remplacé le premier dernier rempart, parti pour un vêlage En ce jour des 35 ans de Kamini, alors que l'ASMG vient d'en prendre 13 contre le FC Vaux Andigny, retour avec Alain Braghieri, le président, sur le fonctionnement de cette formation de village qui fait évoluer des gamins avec - presque - leurs grands-pères et sur le véritable contexte de ce match fou contre Tupigny.

Comment vous êtes-vous retrouvé président de l'AS Marly-Gomont ? Je suis arrivé il y a 27 ans parce que je viens du Sud-Est de la France. Je suis arrivé à Marly-Gomont suite à une mutation pour La Poste.
C'est un peu le même parcours que dans les Ch'tis, ça C'est le même parcours ! La seule différence, c'est que moi, ça n'était pas par mesure disciplinaire. Sinon, il y a la même ambiance, je me suis beaucoup retrouvé dans le film.
Vous avez joué pour Marly-Gomont ? J'ai eu une carrière de footballeur moyenne qui m'a amené finalement ici à l'âge de 30 ans. J'ai enchaîné en tant qu'entraîneur des jeunes, puis de l'équipe première avant de me retrouver président quand mon prédécesseur a lâché la main, ça va faire presque 20 ans.
Quelle est la relation entre le club de foot de Marly-Gomont et ses habitants ? Pendant un moment, dans les 70-80, il n'y avait que le football comme activité. Après, depuis Internet, les Play Station il y a un peu moins de relationnel. Il y a moins d'intérêt pour le foot de la part des jeunes. Déjà, ils n'ont pas la même mentalité, ils n'ont pas le même goût de l'effort qu'on avait à l'époque, ils n'ont pas les mêmes dispositions psychologiques, et puis maintenant il y a aussi le tennis et le basket à Marly-Gomont.
Quel est l'objectif d'un club comme le vôtre : jouer uniquement avec les gars de la région ou tenter d'aller le plus haut, quitte à payer des salaires à des joueurs d'ailleurs ?




...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant