Aladin 135 : "L'amour du foot, c'est comme l'amour du rap"

le
0
Aladin 135 : "L'amour du foot, c'est comme l'amour du rap"
Aladin 135 : "L'amour du foot, c'est comme l'amour du rap"

Rappeur et leader du groupe Panama Bende, Aladin 135 est en train de se faire un nom sur la scène parisienne. Dans un style à mi-chemin entre le rap conscient et hardcore, Aladin a sorti en mai dernier sa nouvelle mixtape, Addictions. Rencontre avec ce jeune artiste accroc au ballon rond.

Ton nom de scène est donc Aladin 135. Est-ce un hommage à Aladin Isaković qui évolue en Bosnie au NK Vitez ? Aladin, c'est mon troisième prénom. Et on m'appelle comme ça depuis que je suis tout petit. Cela me semblait normal de le garder et de ne pas choisir un nom de scène différent. Pour ce qui est du 135, c'est symbolique. Le 13, c'est l'arrondissement parisien dans lequel j'habite et le chiffre cinq a beaucoup d'importance dans ma famille. Après, il y a d'autres explications. Le un, le trois et le cinq sont les trois premiers chiffres premiers, divisibles seulement par un et par eux-mêmes. Cela représente l'unité et le fait que mis à part toi et Dieu, personne ne peut t'arrêter. Ces chiffres ont beaucoup d'importance pour moi, ils me suivent et me portent chance aussi. On ne va pas se le cacher, mais en termes de référencement sur Internet, les gens me trouvent plus facilement. C'est un tout qui fait partie de ma vie et de ma carrière.
Restons un peu sur la signification des noms. Ta dernière mixtape se nomme Addictions et tu apparais sur la pochette, l'air grave et les mains menottées. Tu peux nous en dire plus sur ces choix et tes propres addictions ? Le but était de montrer que nous vivons dans un monde d'addictions, que nous sommes menottés à ces dernières et qu'il est très difficile de s'en défaire. La mixtape représente cette période de jeunesse et d'addictions. Évidemment, parmi mes addictions, il y a celle au football. Dès l'âge de 13-14 ans, j'allais énormément au Parc des Princes. C'étaient des moments forts, car j'y ai vécu des ambiances uniques. Et je retrouve un peu de ça dans le rap : cette folie, cette adrénaline que je pouvais ressentir au Parc. Je suis un grand fan de foot et bien sûr du Paris Saint-Germain. Je suis le championnat anglais avec Manchester United. J'ai beaucoup aimé l'époque d'Éric Cantona avec un jeu très physique et agressif. J'aime bien le Calcio et notamment le Milan AC. Je me souviens qu'à chaque fois que je voyais Inzaghi marquer un but et se transcender pour son maillot, sa passion, je trouvais ça beau. L'amour du foot, c'est un peu comme moi et l'amour du rap.
T'as passé pas mal de temps au Parc des Princes. Que penses-tu de l'ambiance qui règne désormais dans l'enceinte du PSG ? Je suis déçu. La…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant