Al Nosra, allié syrien d'Al Qaïda, tue un soldat libanais

le
0

(Nouveau lead avec exécution d'un soldat libanais) BEYROUTH, 19 septembre (Reuters) - Le Front al Nosra, branche syrienne d'Al Qaïda, a tué un des militaires libanais qu'il détenait en captivité, apprend-on vendredi par un communiqué sur Twitter et auprès des forces de sécurité libanaises. Les activistes sunnites et d'autres rebelles en Syrie accusent régulièrement l'armée libanaise de travailler avec le Hezbollah, puissant mouvement chiite libanais, qui a envoyé des combattants pour aider le président syrien Bachar al Assad à lutter contre une opposition principalement sunnite. Deux soldats libanais ont par ailleurs été tués vendredi, et trois autres blessés, par l'explosion d'une bombe visant le véhicule qui les transportait près de la ville frontalière d'Ersal, a-t-on appris auprès des forces de sécurité. Il s'agit de la première attaque de ce genre depuis une opération meurtrière dans ce même secteur d'Ersal menée par des islamistes venus de Syrie au mois d'août. Lors de cette incursion, des combattants islamistes, dont certains étaient affiliés à l'Etat islamique (EI), avaient capturé un certain nombre de soldats libanais. Depuis, l'EI a décapité deux de ces otages. L'exécution de vendredi est la première annoncée comme étant le fait du Front Al Nosra, qui, avec l'EI, détient encore en otages une dizaine de militaires. Le militaire exécuté vendredi, dit le communiqué, diffusé via un compte Twitter affilié au Front, représente "la première victime de l'intransigeance de l'armée libanaise qui est devenue un jouet dans les mains du parti iranien", référence au Hezbollah. Après l'explosion de la bombe qui a touché un véhicule de transports de troupes, les militaires ont procédé à des fouilles dans plusieurs maisons de la ville à majorité sunnite à la recherche d'activistes puis ont fait usage d'armes lourdes pour pilonner des positions d'insurgés autour d'Ersal. Des dizaines de milliers de Syriens fuyant la guerre civile se sont réfugiés dans cette ville. Auparavant, l'armée libanaise avait arrêté à Baalbek dans la plaine de la Bekaa deux ressortissants syriens qui ont reconnu faire partie du Front al Nosra, avaient indiqué les services de sécurité. Six autres Syriens ayant avoué leur appartenance à des "groupes terroristes" ont été appréhendés dans la ville chiite de Nabatiyeh dans le sud du Liban. L'un d'entre eux a été retrouvé en possession d'une ceinture d'explosifs. (Laila Bassam et Alexander Dziadosz; Tangi Salaün, Pierre Sérisier et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant