Ajaccio : campagne électorale sous haute tension

le
0
Ajaccio espère organiser un nouveau scrutin municipal avant les fêtes de fin d'année.
Ajaccio espère organiser un nouveau scrutin municipal avant les fêtes de fin d'année.

Alors que Laurent Marcangeli - le maire UMP d'Ajaccio dont l'élection vient d'être invalidée pour fraude par le tribunal administratif - a remis officiellement sa démission au préfet, jeudi, la gauche se cherche encore pour désigner sa future tête de liste. Une chose est sûre, pourtant, tout le monde veut aller le plus vite possible pour réélire le futur locataire de la "Maison carrée". Le préfet de Corse a d'ailleurs évoqué, vendredi matin, la possibilité d'organiser le nouveau scrutin "avant les fêtes de fin d'année", alors que la loi autorise un délai jusqu'à la fin du mois de janvier."Renouvellement de génération"Car il est important d'agir vite. D'une part pour les Ajacciens, qui souffrent depuis six mois d'un climat politique délétère qui fige la préfecture de l'île de Beauté, mais aussi et surtout pour les camps politiques contraints de s'affronter pour la deuxième fois, dans une ambiance explosive. Si Laurent Marcangeli - très énervé par l'invalidation de son mandat - a annoncé qu'il repartait à la conquête de la ville avec la même liste qu'en mars, la gauche, elle, se cherche toujours. Simon Renucci, maire divers gauche de 69 ans, déchu en mars pour une poignée de voix, est à l'origine du recours contre Marcangeli. Il avait annoncé son retrait de la vie politique au lendemain de sa défaite avant de se rappeler au bon souvenir de tout le monde la semaine dernière, tout en restant flou sur ses véritables intentions.En...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant