Aix-en-Provence : une étudiante voilée apostrophée par un prof à Sciences Po

le
4
Aix-en-Provence : une étudiante voilée apostrophée par un prof à Sciences Po
Aix-en-Provence : une étudiante voilée apostrophée par un prof à Sciences Po

Un incident a éclaté à l'Institut d'études politiques (IEP) d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) après qu'un professeur a désapprouvé publiquement, durant un cours, en début de semaine, le port du voile par une de ses étudiantes.

«La laïcité est un principe qui ne peut pas se découper en tranche», a déclaré ce jeudi Jean-Charles Jauffret, professeur d'histoire à l'IEP pour justifier sa réaction négative face à une étudiante de première année portant une longue tenue noire la cachant intégralement à l'exception du visage.

Mardi, alors que la jeune fille assistait à un de ses cours dans l'amphithéâtre de l'IEP, l'enseignant l'a directement prise à partie lui reprochant sa tenue, la désignant comme «cheval de Troie du salafisme». La jeune fille a alors quitté l'amphithéâtre. «Nous n'avons pas à accueillir de prosélytisme», a indiqué Jean-Charles Jauffret qui éprouve «de la pitié pour l'étudiante» mais revendique son droit à rester «totalement libre de (s)a parole» quand bien même «il n'est pas question de mettre la jeune fille hors de l'amphithéâtre».

VIDEO. Le reportage de France 3

La direction «recherche l'apaisement»

«On recherche l'apaisement», a pour sa part indiqué Christian Duval, directeur de l'IEP, précisant qu'il n'était «pas question de stigmatiser le professeur qui a un principe de liberté constitutionnelles ni l'étudiante». «A partir du moment où on peut l'identifier, elle peut être vêtue comme elle veut», plaide-t-il.

En France, une loi votée en 2010 interdit le port du voile intégral dans les espaces publics -pas le voile laissant apparaître le visage comme celui de cette étudiante. La loi concerne très précisément le niqab (qui cache toute la silhouette de la femme et ne laisse apparaître que les yeux) et la burqa (dissimulant la femme de la tête aux pieds, grillagée à hauteur des yeux). 

De son côté, Jean-Charles Jauffret dit se baser ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le jeudi 9 oct 2014 à 15:14

    Que faisait-elle dans une fac? Je croyais que les femmes n'avait pas le droit à l'éduction chez les salafistes? Son père doit être un mécréant à lapider.

  • aljice le jeudi 9 oct 2014 à 10:32

    De la provoque... rien d'autre !

  • knbskin le samedi 4 oct 2014 à 10:58

    J'étias hier soir près de Beaugrenelle (Paris XV) ... J'ai croisé dans une rue déserte un couple intéressant : la femme en abaya noire, niqab jusqu'aux yeux, et le type habillé ... comme moi (polo-chino ...). Rappelons que rien dans le Coran ne dit qu'une femme doit porter un voile, et encore moins masquant le visage. Coutumes hype-machos de Bédouins du Ve siècle, et c'est tout ... Inacceptable.

  • mlaure13 le samedi 4 oct 2014 à 10:47

    C'est de la pure provoc...par les barbus suédois...et il faut réagir très fermement et rendre coup pour coup, sans mollir !!!...