Aix-en-Provence : Fernandez, joueur et co-entraîneur

le
0

Arrivé l'été dernier à Aix-en-Provence en provenance de Toulouse, Jérôme Fernandez a pris plus de responsabilités au sein du club, devenant un des entraîneurs après le départ de Marc Wiltberger.

Jérôme Fernandez s’est engagé cet été en faveur du club d’Aix-en-Provence. Après son retour en France à Toulouse en 2011, le double champion olympique est arrivé à Aix pour préparer sa reconversion et se rapprocher un peu plus de la retraite. Dans le sud de la France, Fernandez a signé un contrat de trois ans, dont une ou deux années en tant que joueur avant de raccrocher pour passer sur le banc. Le meilleur marqueur de l’histoire des Bleus (1456 buts) passera d’ailleurs ses diplômes en mars prochain. Cadre de l’équipe, Jérôme Fernandez est venu partager son expérience et apprendre à connaître le club dont il devait prendre les rênes au mieux l’année prochaine, au pire dans deux saisons. Mais tout s’est accéléré depuis ce samedi. La raison : le limogeage de l’entraîneur aixois Marc Wiltberger, suite au début de saison compliqué du club. Onzième du championnat avec une seule victoire en dix matchs pour cinq nuls et quatre défaites, les dirigeants du PAUC ont voulu rectifier le tir.

Fernandez à la tête du PAUC

Pour remplacer Wiltberger, place au recrutement en interne et une association inédite. Didier de Samie, entraîneur adjoint, fait désormais équipe avec Jérôme Fernandez. Qui n’arrête pas pour autant de fouler les parquets. Un statut de joueur et de co-entraineur qui lui offre un emploi du temps de ministre. « On formera un duo, Jérôme prend un peu le relais avant sa nomination officielle et je suis là pour l’accompagner comme je le faisais avec Marc » a déclaré Didier de Samie au quotidien L’Equipe. « On travaille ensemble sur la planification et le contenu des séances et la préparation des matches, mais je reste joueur. On gardera cette organisation jusqu'à la fin de saison », a précisé Fernandez. En acceptant ce poste, Jérôme Fernandez s’expose doublement. Sur le terrain et sur le banc de touche. S’il assure ne pas avoir perturbé le coaching de son désormais prédécesseur, il espérait surtout jouer encore un peu. « Je n'étais pas forcément demandeur de cette évolution, je m'imaginais jouer encore un ou deux ans et je n'entamerai ma formation aux diplômes qu'en mars prochain. Mais on a connu un début de saison un peu mitigé et certaines choses ne fonctionnaient pas » explique le quadruple champion du Monde.

Une retraite avancée ?

S’il avait signé au départ un contrat de trois ans, Fernandez avoue que ce nouveau statut devrait l’envoyer plus vite que prévu à la retraite. « Il y a maintenant 90 %, voire 99 % de chances que je ne sois plus sur le terrain la saison prochaine. Je me vois mal rester à la fois joueur et entraîneur pendant dix-huit ou vingt mois. C'est compliqué pour les relations avec mes coéquipiers et la visibilité par rapport à l'extérieur ». Jérôme Fernandez va devoir être efficace tout de suite avec quatre matchs primordiaux avant la trêve contre Chartres (14eme), Chambéry (4eme), Créteil (5eme) et Nîmes (6eme) dès ce mercredi soir. Pendant la trêve, il aura le temps de se poser et de réfléchir à un possible arrêt de sa carrière de joueur en cours de saison.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant