Airbus se penche sur les piles à hydrogène

le
0
Prévus pour 2015, les tests montrent l?intérêt croissant que porte Airbus au développement durable.
Prévus pour 2015, les tests montrent l?intérêt croissant que porte Airbus au développement durable.

L'avionneur européen va lancer des tests en vue de l'utilisation d'une nouvelle source d'énergie : la pile à combustible à hydrogène.



Airbus va expérimenter une nouvelle « méthode » pour que ses avions émettent moins de gaz à effet de serre. L'idée est qu'une cellule à combustible à hydrogène puisse assurer l'approvisionnement énergétique des lumières et autres affichages. Une telle (r)évolution permettrait de laisser les moteurs plus longtemps éteints au sol. De même, l'électricité générée en vol le serait plus efficacement que par leur intermédiaire.


Le fonctionnement d'une telle pile est en soi particulièrement « propre » puisqu'elle ne produit que de l'eau et consomme uniquement du gaz. Sa production demeure néanmoins coûteuse, notamment à cause du prix élevé de la fabrication des membranes échangeuses d'ions. L'autre difficulté réside dans l'approvisionnement de dihydrogène, que l'on ne trouve qu'en très petites quantités sur Terre. Sa fabrication artificielle implique en outre soit d'utiliser de l'énergie fossile, soit d'avoir recours à une énergie durable et renouvelable en très grandes quantités.



Vol à destination du développement durable


Une cellule de 90 kilowatts (KW) sera installée dans un Airbus A320 du Centre aérospatial allemand et les tests débuteront en 2015, sachant qu'en théorie, la pile à combustible à hydrogène aurait des effets collatéraux très avantageux. Leur intégration permettrait en effet de limiter le poids d'un appareil dans la mesure où les moteurs sont toujours construits légèrement plus lourds que prévu, afin de pouvoir alimenter les appareils électriques en plus de leur fonction principale de propulsion. Un vol avec un avion équipé d'une pile à combustible à hydrogène requerrait de surcroît moins d'essence, ce qui n'est pas négligeable sur le plan écologique, mais aussi du point de vue financier, eu égard à l'augmentation des prix du kérosène.


Au total, l'apparition de piles à combustible à hydrogène dans l'aviation contribuerait donc à réduire la pollution atmosphérique dans le secteur et, par extension, servirait la lutte contre le réchauffement climatique. Un dessein qui pourrait s'avérer réalisable avec un peu de bonne volonté.


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant