Airbus relance l'A380

le
0
Airbus réfléchit à un nouveau moteur qui consommerait 15 % de carburant de moins que les versions actuelles.
Airbus réfléchit à un nouveau moteur qui consommerait 15 % de carburant de moins que les versions actuelles.

Quand il s'agit de lancer une nouvelle version d'un avion, Airbus dit d'abord « non », puis « oui mais » et enfin « oui ». Un scénario qui s'est reproduit lors des lancements des versions « néo » de l'A320, de l'A330 et, ce week-end, de l'A380. Fabrice Brégier, le PDG de l'avionneur européen, dans une interview parue dans l'édition dominicale du Sunday Times, date entre 2020 et 2025 la sortie d'une nouvelle version du super jumbo.

Dire trop longtemps « non » allait à l'envers des souhaits d'Emirates, le principal client de l'A380 avec 140 commandes sur un total de 317. D'autant plus que la compagnie de Dubaï déclare régulièrement qu'elle pourrait en commander cent à deux cents de plus. On ne contrarie pas éternellement un tel acheteur...

Quel moteur ?

Reste une inconnue dans les déclarations de Brégier, le moteur. Sans lui, il n'y a pas réellement d'avion « néo ». L'objectif pourrait être un réacteur qui consomme 15 % de carburant de moins que les versions actuelles (Trent 900 de Rolls-Royce et GP700 d'Engine Alliance, co-entreprise de General Electric et Pratt & Whitney). Cette économie permet de réduire le coût d'exploitation de l'avion, mais aussi d'augmenter son autonomie. C'est une demande forte des compagnies du Golfe qui souhaitent relier, sans escale et d'un coup d'aile, presque l'ensemble du monde.Reste une inconnue dans les déclarations de Brégier, le moteur. Sans lui, il n'y a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant