Airbus numéro 1 pour les commandes en 2014

le
0
Airbus numéro 1 pour les commandes en 2014
Airbus numéro 1 pour les commandes en 2014

Avec 1 456 commandes nettes enregistrées l'an passé (en tenant compte des annulations), Airbus reste le numéro 1 mondial des ventes d'avions. L'avionneur européen a pris le dessus sur son rival américain Boeing dans la dernière partie de l'année grâce à 435 commandes en décembre et à la récente confirmation de la vente de 100 A 320 à la compagnie chinoise China Aircraft.

Le constructeur de Toulouse revendique un peu plus de 50% du marché mondial, voire 54% sur le segment des moyen-courriers avec son A320 et sa version remotorisée (A320neo). En revanche, Boeing est toujours largement en tête sur le marché lucratif des longs-courriers.

Alors que son objectif était de vendre une trentaine de son super jumbo A380, l'avionneur européen n'a finalement signé que 14 ventes après l'annulation des sept commandes par la compagnie japonaise Skymark. Cependant, Fabrice Brégier, le patron d'Airbus, s'est dit convaincu de «l'avenir brillant à long terme de cet avion, le plus grand au monde, en raison du doublement du trafic aérien mondial tous les dix ans et de la congestion de certains aéroports». Une version remotorisée plus économique pourrait être proposée à moyen terme. En revanche, la version allongée ne devrait pas voir le jour avant une vingtaine d'années.

Autre sujet de satisfaction, même si cette fois-ci Boeing est en tête : Airbus a livré en 2014 un nombre record de 629 appareils, toutes familles confondues, contre 626 en 2013. De son côté, Boeing a enregistré 1 432 commandes et a livré 723 avions. Selon Fabrice Brégier, ce niveau de livraison devrait être «légèrement supérieur en 2015».

Il faut dire que les perpectives sont plutôt dynamiques. Selon les prévisions, la flotte d'avions devrait doubler au cours des vingt prochaines années, pour atteindre plus de 40 000 appareils d'ici à 2033. Et près de 37 000 appareils neufs (avions régionaux, de plus de 100 sièges) doivent être livrés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant