Airbus ne négocie plus avec Bombardier sur le programme CSeries

le
0

(Actualisé avec précisions et contexte) par Allison Lampert, Andrea Shalal et Tim Hepher MONTREAL/WASHINGTON/PARIS, 7 octobre (Reuters) - Airbus AIR.PA a mis fin aux discussions avec Bombardier BBDb.TO en vue de son implication dans le programme CSeries laborieusement développé par le groupe canadien, qui subit ainsi un nouveau revers dans ses efforts pour percer sur le marché mondial des avions d'une capacité de plus de 100 places. Le groupe aéronautique européen a annoncé la fin de ces pourparlers après que Reuters a révélé mardi l'existence d'une proposition de Bombardier pour nouer une telle alliance. Ces discussions ne présentent plus d'intérêt, a déclaré mercredi Fabrice Brégier, PDG d'Airbus, en refusant de s'exprimer davantage sur le sujet. Les deux entreprises ont reconnu que des discussions avaient eu lieu et, selon une source proche du dossier, Airbus a choisi de les stopper dès lors qu'elles ont été rendues publiques. Dans le cadre de la proposition avancée par Bombardier, Airbus l'aurait aidé à achever le développement de son appareil, le plus grand jamais conçu par le groupe canadien, en échange d'une participation de contrôle dans ce programme. Bombardier devrait désormais observer une pause stratégique après l'arrêt brutal de ce que certains de ses dirigeants percevaient comme une initiative prometteuse, selon une source. Reuters a appris que Bombardier avait aussi approché un investisseur chinois non identifié pour prendre une participation dans le programme CSeries mais que ces discussions avaient pris fin il y a trois ou quatre semaines. Le groupe canadien pourrait aussi tenter de se tourner vers Boeing BA.N mais un tel rapprochement paraît difficile à concrétiser en raison de la relation étroite existant entre le constructeur américain et le brésilien Embraer EMBR3.SA , grand rival de Bombardier. Il pourrait aussi essayer à nouveau de vendre des participations dans ses activités ferroviaires et aéronautiques, selon une source. A la suite des informations de Reuters, l'action Bombardier a fini mardi sur un bond de 15% à la Bourse de Toronto, à 1,77 dollar canadien. Malgré cette hausse, son cours ne représente toujours que moins d'un quart de sa valeur de juillet 2008, lorsque Bombardier a officiellement lancé le programme CSeries. DOUTES SUR LES FINANCES DE BOMBARDIER La société, basée à Montréal, n'a pour l'instant reçu que 243 commandes fermes pour cet appareil contre un objectif de 300 pour son entrée en service prévue en 2016. Elle n'a réussi à décrocher aucune commande en juin lors du salon du Bourget. Ce programme pèse sur le bilan de Bombardier, dont la dette à long terme s'élevait à 9 milliards de dollars (8 milliards d'euros) au 30 juin, pour 3,1 milliards de dollars de liquidités disponibles. Le groupe a vu sa trésorerie fondre de 808 millions de dollars au cours du deuxième trimestre. Benoît Poirier, analyste chez Desjardins, juge légitime de s'interroger sur les raisons susceptibles de pousser Bombardier à vendre une participation majoritaire dans ce programme quelques mois seulement avant les premières livraisons d'appareils, alors que l'essentiel des investissements a été réalisé. "La volonté de vendre une participation majoritaire à Airbus pour un montant minimum de cash pourrait refléter les inquiétudes croissantes de la direction quant à la situation financière de l'entreprise", a-t-il écrit. Même si le CSeries, dont les versions varient de 110 à 130 sièges, est censé venir concurrencer les familles A320 d'Airbus et 737 de Boeing, une prise de participation aurait pu présenter un intérêt pour l'avionneur européen. Airbus aurait de fait mis la main sur un avion déjà complètement développé, dont Bombardier affirme qu'il dépasse ses objectifs de performances, à un prix avantageux. D'un point de vue défensif, une transaction aurait aussi permis à Airbus d'empêcher l'implication dans ce programme CSeries de la Chine, un concurrent potentiel aux ressources gigantesques. Une alliance aurait aussi permis des synergies en matière d'approvisionnements. Bombardier aurait pour sa part pu bénéficier de la puissance commerciale d'Airbus sous la houlette de John Leahy, qui a récemment admis que le groupe canadien possédait avec le CSeries un "beau petit avion". (Avec Allison Martell et Euan Rocha à Toronto et Arno Schuetze à Francfort; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant