Airbus : l'armée française commande 12 avions ravitailleurs A330 MRTT

le
2
Airbus : l'armée française commande 12 avions ravitailleurs A330 MRTT
Airbus : l'armée française commande 12 avions ravitailleurs A330 MRTT

Renforcer le poids de la France dans une coalition, comme celle qui combat actuellement le groupe Etat islamique en Irak. C'est un des objectifs affichés de la commande de 12 avions de ravitaillement en vol A330 MRTT, officialisée jeudi par le ministère de la Défense. Le contrat d'environ 3 milliards d'euros vise précisément à renouveler la flotte vieillissante de l'armée française de Boeing KC-135. «Notre volonté de moderniser la composante aéroportée de la dissuasion se concrétise avec ce contrat», a déclaré le ministre, Jean-Yves Le Drian.

La dissuasion nucléaire française a deux composantes : une navale avec des bombes atomiques emportées par des sous-marins, et une aérienne - «la composante aéroportée» - avec des avions de combat dotés d'armes nucléaires. Ces avions ont besoin de ravitailleurs en vol pour assurer leur mission.

Les deux premiers appareils doivent être livrés respectivement en 2018 et 2019. Les livraisons se poursuivront ensuite au rythme de un à deux appareils par an. Le montant total du contrat couvre également la maintenance des ravitailleurs ainsi que les premières années de formation des pilotes.

Donner de l'autonomie aux appareils

Les MRTT (Multi-Role TankerTransport), conçus sur la base des long-courriers A330-200, doivent remplacer les KC-135 de l'américain Boeing, qui ont atteint une moyenne d'âge canonique de plus de 50 ans.

Les ravitailleurs en vol sont un maillon clé dans le déploiement de bombardiers stratégiques et plus généralement dans les missions aéroportées de longue distance. «Ils sont fondamentaux pour garantir l'autonomie stratégique de la France (...) et son positionnement dans une coalition», a rappelé Jean-Yves Le Drian dans un discours à Paris.

Ils permettent «la réalisation très rapide de frappes aériennes à longue distance depuis la métropole» et «accroissent l'autonomie des appareils engagés sur un théâtre d'opérations, offrant sur de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lanmougn le vendredi 21 nov 2014 à 13:07

    et vous la refaites l'ânerie de l'âge canonique de plus de 50 ans ! l'âge canonique c'est 40 ans, et ce ne sont pas des KC 135 (sauf pour 3 d'entre eux) mais des C 135

  • fquiroga le vendredi 21 nov 2014 à 12:10

    Pour les retraites pas d'argent, pour l'armée.......