Airbus : l'armée de l'air reçoit son premier A400 M

le
0
Airbus : l'armée de l'air reçoit son premier A400 M
Airbus : l'armée de l'air reçoit son premier A400 M

Si François Hollande avait inauguré le dernier salon du Bourget en se posant à bord de l' A400M, l'ultra-moderne avion de transport militaire européen d'Airbus, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense assiste, ce lundi, à la première livraison à l'armée de l'air française de ce nouvel avion. La cérémonie a lieu à Séville en Espagne, où l'appareil est assemblé, en présence du prince Felipe d'Espagne.

Le programme A400M, un monstre avec des hélices de 5 mètres de diamètre et quatre turbopropulseurs lancé en 2003 par sept pays membres de l'Otan (Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni, Belgique, Luxembourg et Turquie) a failli ne pas voir le jour en raison des retards et surcoûts causés par une motorisation complexe et des demandes techniques divergentes selon les pays clients. Après la 1ère guerre du Golfe en 1991, les états-majors avaient demandé un avion polyvalent pour le transport des troupes. Il peut transporter jusqu'à 37 tonnes sur 3 300 kilomètres mais aussi se poser sur des terrains non préparés, comme le sable, avec des blindés ou des hélicoptères.

Objectif d'Airbus : vendre 400 appareils en trente ans

En janvier 2010, Tom Enders, alors patron d'Airbus, avait même menacé de jeter l'éponge si les sept pays refusaient de partager les dépassements de budget. Deux mois plus tard, un accord de principe avait été trouvé, mais le poids de la crise économique sur les budgets européens de défense avait encore repoussé de plus d'un an la signature du contrat définitif, marquée par d'ultimes négociations homériques.

Au final, l'appareil commence à être livré avec quatre ans de retard et un dépassement de budget de 6,2 milliards d'euros (environ 30%).

Airbus Military espère exporter, dans les 30 prochaines années, 400 appareils de ce modèle unique sur le marché, alors que déjà 174 ont été commandés en Europe et en Malaisie. L'Allemagne en a commandé 53, la France ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant