Airbus Helicopters riposte après l'annulation du marché polonais

le
5
AIRBUS HELICOPTERS CONTRE-ATTAQUE
AIRBUS HELICOPTERS CONTRE-ATTAQUE

par Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Airbus Helicopters, filiale d'Airbus Group, a contre-attaqué mardi après la décision de la Pologne d'annuler un contrat de 50 hélicoptères militaires Caracal au motif que l'offre finale du constructeur européen ne répondait pas aux attentes du pays.

Le ministre polonais de la Défense a annoncé dès mardi que le pays prendrait livraison cette année de deux hélicoptères Black Hawk assemblés localement par le groupe américain Sikorsky Aircraft Corporation, et que huit autres suivront en 2017.

Dans une lettre ouverte au Premier ministre polonais, le PDG d'Airbus Helicopters, Guillaume Faury, accuse Varsovie d'avoir changé les règles du jeu de l'appel d'offres où Airbus était en concurrence avec les Américains et les Italiens, et d'avoir tenté de contourner les règles de l'Union européenne.

"Airbus Helicopters regrette profondément cette décision et (...) réfute fermement certaines allégations rapportées dans les médias selon lesquelles il aurait conduit ce processus de négociation de mauvaise foi", écrit-il dans le courrier diffusé mardi.

Il ajoute que le marché aurait entraîné la création de 3.800 emplois en Pologne et généré plus de valeur pour le pays que pour Airbus lui-même.

L'annulation du contrat de 13,5 milliards de zlotys (3,14 milliards d'euros) suscite une vive crise diplomatique entre Paris et Varsovie, au point que l'Etat français, actionnaire d'Airbus Group à hauteur de 11%, envisage des mesures de rétorsion.

L'accord avait été conclu par le précédent gouvernement polonais, battu aux législatives d'octobre 2015 par le parti Droit et Justice (PiS), eurosceptique. Airbus avait à l'époque été préféré à Sikorsky, filiale de l'américain Lockheed Martin, et à l'italien AgustaWestland.

DES CLAUSES HABITUELLEMENT SECRÈTES

Levant le voile sur des clauses habituellement tenues secrètes dans les contrats relatifs à la défense, notamment sur la valeur des compensations industrielles exigées par la Pologne, Guillaume Faury précise que l'annulation du marché est survenue un jour après qu'Airbus a offert de nouvelles concessions.

Airbus Helicopters, ajoute-t-il, a proposé une valeur des compensations industrielles représentant plus de 100% de la valeur nette des hélicoptères, soit 10,8 milliards de zlotys (2,5 milliards d'euros). A la demande du ministère polonais du Développement, il a également intégré dans cette compensation 23% de TVA, portant le montant total à 13,4 milliards de zlotys.

"Bien que le la compensation d'une taxe sur la valeur ajoutée via les compensations industrielles ne soit pas une pratique standard, Airbus Helicopters a accepté de compenser cette valeur brute", poursuit le PDG dans son courrier.

Il ajoute que le ministère a également introduit de nouvelles exigences en août, mais qu'Airbus n'a pas été en mesure de répondre à certaines d'entre elles car elles ne respectaient pas les régulations de l'Union européenne, sans plus de précisions.

Les autorités polonaises n'étaient pas disponibles dans l'immédiat pour faire un commentaire.

Selon Airbus, le contrat aurait conduit au transfert de 45 éléments de technologies sensibles, fourni 30 années de travail aux entreprises publiques et modernisé une industrie axée en grande partie sur la maintenance "d'hélicoptères russes d'ancienne génération".

Guillaume Faury ajoute qu'Airbus est allé plus loin que ses concurrents en offrant que l'usine d'assemblage soit détenue par l'Etat polonais.

"Airbus Helicopters a proposé une ligne d'assemblage entière de H225M Caracal à l'image des capacités des sites actuels français", poursuit-il. Le groupe a également promis une usine de production de composants d'une valeur de 370 millions de zlotys, a-t-il ajouté.

Airbus Group emploie actuellement environ 900 salariés en Pologne, dans le spatial, les hélicoptères et les avions militaires, avec un centre de recherche dans le pays.

En Bourse, l'action Airbus Group cède 2,0% à 53,22 euros mardi à midi.

(Avec Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • f.fluidi il y a 9 mois

    ça sent les dessous de plats....

  • f.fluidi il y a 9 mois

    POLEXIT ?

  • 23425c il y a 9 mois

    AIRBUS doit demander d'énormes pénalités de rupture de contrat si le contrat des Hélicos avait été validé par l'ancien gouvernement polonais car le nouveau gouvernement polonais a donné le contrat de plus de 3 Milliards d'Euros à l'américain Sikorsky Lockheed Martin alors que la Pologne est le plus grand bénéficiaire des fonds structurels de l'UE soit plus de 85 milliards d'Euros.

  • fquiroga il y a 9 mois

    qui a dit que la Pologne était dans l'UE?????

  • M3039634 il y a 9 mois

    Une procédure doit être engagée auprès des Instances européennes pour obtenir des dédommagements et toutes les nouvelles coopérations avec la Pologne doivent être suspendues.