Airbus Helicopters recommande la reprise de vols de Super Puma

le
0
 (Actualisé avec précisions) 
    PARIS, 2 mai (Reuters) - Airbus Helicopters a levé une 
recommandation d'interdiction de certains vols commerciaux de 
son Super Puma H225 en déclarant que les premiers éléments 
d'information sur l'accident de vendredi en Norvège ne 
suggéraient aucun lien avec deux accidents survenus en 2012 en 
mer du Nord. 
    Vendredi, la filiale d'Airbus Group  AIR.PA  avait 
recommandé que tous les vols commerciaux de Super Puma H225 
soient suspendus après le crash qui a fait 13 morts près de 
Bergen, dans le sud-ouest de la Norvège.    
    Très prisé sur les plates-formes pétrolières offshore, le 
Super Puma est exploité depuis les années 1970. Environ 800 sont 
actuellement utilisés dans le monde, en prenant en compte toutes 
ses versions. 
    Un porte-parole d'Airbus Helicopters a déclaré lundi que les 
Super Puma H225 resteraient interdits de vol commercial en 
Norvège et au Royaume-Uni, une décision prise par les autorités 
de l'aviation civile de ces deux pays, mais que les vols 
commerciaux pourraient reprendre ailleurs en fonction de la 
décision que prendrait chaque opérateur. 
    Certains opérateurs, parmi lesquels CHC Helicopter dont 
l'appareil s'est crashé vendredi de retour d'une plate-forme 
pétrolière norvégienne, continuent à maintenir leur flotte de 
Super Puma au sol. 
    En 2012, les flottes de Super Puma avaient été clouées au 
sol après la perte de contrôle de deux de ces hélicoptères dans 
la zone britannique de la mer du Nord. Ces accidents ont été 
ensuite attribués à des fissures sur la boîte de transmission 
principale, entraînant des modifications de leur conception. 
    Un porte-parole de CHC a déclaré qu'il n'y avait eu aucun 
appel d'urgence de la part des pilotes immédiatement avant le 
crash de vendredi.  
    Il a également confirmé des informations selon lesquelles ce 
même hélicoptère avait dû revenir à sa base à deux reprises dans 
les jours ayant précédé le crash en raison du déclenchement d'un 
signal d'alerte lumineux. 
    Deux enregistreurs de vol retrouvés quelques heures après le 
crash ont pu être décryptés en Grande-Bretagne et leurs données 
renvoyées en Norvège pour analyse, ont déclaré les autorités 
norvégiennes. 
    Ces deux "boîtes noires" sont en bon état, a déclaré le 
bureau d'enquête norvégien sur les accidents. 
    La version du Super Puma qui s'est crashé vendredi, le H225 
appelé EC225LP par bon nombre de pilotes, est utilisé depuis 
2004. Sur les 179 en service, 40 le sont en mer du Nord. 
    En dehors des plates-formes pétrolières, les Super Puma sont 
principalement utilisés par les garde-côtes, qui continuent à 
les utiliser sans changement. 
    L'exploitant international Bristow Group  BRS.N  a indiqué 
avoir cloué au sol six de ses neuf Super Puma en Australie, ne 
continuant à faire voler que ceux servant aux opérations de 
sauvetage. Le groupe a également cessé d'utiliser jusqu'à nouvel 
ordre l'un de ses cinq Super Puma en Norvège et ses 13 unités au 
Royaume-Uni.  
    L'exploitation britannique Babcock MCS Offshore  BAB.L  a 
dit de son côté vendredi qu'il clouait au sol ses quatre H225 au 
Royaume-Uni. 
 
 (Tim Hepher et Gwladys Fouche, Cyril Altmeyer pour le service 
français, édité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant