Airbus Group : un «effet Bourget» très limité

le , mis à jour le
0
Outre les nouvelles difficultés de l'A400M, une menace de retards est apparue sur l'A320neo, qui représente une part majoritaire du carnet de commandes d'Airbus. (© S. Ramadier / Airbus Group)
Outre les nouvelles difficultés de l'A400M, une menace de retards est apparue sur l'A320neo, qui représente une part majoritaire du carnet de commandes d'Airbus. (© S. Ramadier / Airbus Group)

Les salons du Bourget se suivent mais ne se ressemblent pas pour le leader européen de l’aéronautique-défense. Alors qu’en général les annonces volontairement concentrées de commandes d’avions ont un effet positif sur le cours d’Airbus Group, cette édition a échappé à la règle.

Du 15 au 19 juin derniers, le titre a subi la pression de désengagements d’investisseurs (-3%), avant de reprendre de l’altitude cette semaine.

Mais ces vents boursiers mieux orientés s’expliquent par la remontée du dollar face à l’euro, elle-même tirée par l’espoir d’un règlement de la crise grecque, l’ex-EADS étant la valeur dollar par excellence.

Bloc "A lire aussi"

Car, comme prévu, le cru 2015 s’est révélé moins flamboyant qu’en 2013. Certes, l’avionneur européen a distancé son rival américain Boeing en alignant 57 milliards de dollars de commandes, une faible décélération par rapport aux 68,7 milliards récoltés deux ans plus tôt. Ces chiffres sont toutefois calculés au prix catalogue - le prix réel est bien en-dessous - et les seules commandes fermes (hors intentions d’achats) sont 3,5 fois moindres.

Plus que le niveau des commandes, les interrogations des investisseurs portent surtout sur la capacité de la chaîne des fournisseurs à supporter une montée rapide en cadences de production. Outre

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant