Airbus Group limite la baisse de sa rentabilité au 1er trimestre

le
1
AIRBUS GROUP CONFIRME SES OBJECTIFS
AIRBUS GROUP CONFIRME SES OBJECTIFS

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Airbus Group a limité le recul de sa rentabilité au premier trimestre en maîtrisant ses coûts malgré un bond de 19,5% de ses dépenses en recherche et développement et les investissements liés à l'A350 prévu pour être livré fin 2014, permettant au titre de caracoler en tête du CAC 40.

Le groupe européen d'aérospatiale et de défense s'adjuge 4,63% à 51,78 euros à 10h20, réduisant ainsi son recul à 7,3% depuis le début de l'année après un bond de 89% en 2013, avec une capitalisation de 40,5 milliards.

"Le marché avait anticipé une publication plus négative", explique dans une note Christophe Ménard, analyste chez Kepler Cheuvreux, à l'achat sur le titre.

Il souligne aussi la perspective du salon de Farnborough, près de Londres, mi-juillet, où sont attendus une nouvelle moisson de commandes, et le lancement potentiel de l'A330neo, version améliorée d'un long-courrier d'Airbus.

Cantor Fitzgerald estime de son côté qu'Airbus Group a réalisé un "très bon début d'année", tandis que Bernstein Research se montre rassuré par l'absence de nouvelles charges liées à l'A350 et constate que la stabilisation des performances du pôle défense et espace ont aidé Airbus Group à dégager un bénéfice opérationnel nettement au-dessus des attentes.

Le directeur financier Harald Wilhelm a confirmé lors d'une conférence téléphonique que la restructuration de ce pôle, créé début 2014 de la réunion des divisions militaire et spatiale et d'Airbus Military, devrait déboucher sur la suppression de 5.800 postes, un accord avec les syndicats étant prévu cet été.

L'ex-EADS a en outre confirmé viser pour cette année une hausse "modérée" de sa rentabilité et a maintenu son objectif de 7% à 8% de marge opérationnelle en 2015 (contre 6% en 2013).

Airbus Group a de nouveau conditionné son objectif à sa capacité à limiter les éventuelles charges liées à l'A350, prévu pour obtenir sa certification au troisième trimestre, comme l'avait déjà confirmé la semaine dernière à Reuters le directeur exécutif de l'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA). Harald Wilhelm a rappelé que le programme A350, dont les essais en vol progressent bien, était dans une phase critique et que des défis et des risques demeuraient d'ici la livraison au premier client, Qatar Airways, toujours prévue fin 2014.

"PROGRÈS" VERS L'ÉQUILIBRE FINANCIER DE L'A380

Le groupe a également fait état de "progrès" réalisés vers son objectif d'atteindre l'équilibre financier du programme A380 en 2015, huit ans après la livraison du très gros porteur à son premier client.

Harald Wilhelm a réaffirmé cet objectif, avec 30 livraisons toujours prévues cette année et autant l'an prochain.

Airbus a parallèlement commencé à assembler en mars l'A320neo, version améliorée de son monocouloir vedette, avec un premier vol prévu pour le dernier trimestre de cette année.

Les livraisons d'Airbus sont toujours prévues stables en 2014 comparé aux 626 unités de 2013, avec un ratio commandes/livraisons supérieur à 1, l'avionneur pouvant espérer une nouvelle moisson de commandes mi-juillet au salon de Farnborough.

Le groupe a également réaffirmé viser un chiffre d'affaires stable après une hausse de 5% au premier trimestre à 12,6 milliards d'euros, avec une progression limitée chez Airbus dont les livraisons d'avions de ligne ont baissé de 2,1% à 141 unités, et une progression dans le spatial.

Airbus Helicopters a de son côté engrangé 74 livraisons sur le trimestre contre 58 sur la période correspondante de 2013, qui avait pâti d'une restrictions des vols pour certains de ses hélicoptères après une série d'incidents en mer du Nord.

Le bénéfice opérationnel avant exceptionnels recule à 700 millions d'euros contre 734 millions un an plus tôt, tandis que le bénéfice net progresse de 93% à 439 millions grâce à un effet de change positif.

Airbus Group, dont la France et l'Allemagne détiennent 11% chacune et l'Espagne 4%, proposera un dividende en hausse de 15 centimes à 0,75 euro par action au titre de 2013 lors de l'assemblée générale annuelle qui se tiendra le 27 mai à Amsterdam. Le flottant d'Airbus Group est de 74%.

Airbus Group a enregistré sur le trimestre un flux de trésorerie avant acquisitions négatif de deux milliards d'euros, diminuant d'autant sa trésorerie nette, ramenée à 6,5 milliards fin mars.

Soulignant le caractère saisonnier de son activité et son besoin en fonds de roulements pour ses programmes clés, le groupe table toujours sur un flux de trésorerie libre avant acquisitions à l'équilibre sur l'ensemble de l'année.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chance21 le mardi 13 mai 2014 à 11:03

    Pas étonnant que les marges soient nulles, AIRBUS aujourd'hui fabrique des bus de l'air (comme son nom l'indique d'ailleurs) à des compagnies Low Cost, on entasse la classe moyenne qui achète ses billets auprès de leur comité d'entreprise an payant de surcroit avec leur carte de crédit. C'est sûr l'aéronautique à autant d'avenir que les travailleurs.Il fut un temps où lorsque qu'on se lançait dans une aventure on ne parlait jamais de prix.