Airbus et Boeing aiguisent leurs arguments sur le champ de bataille chinois

le
0
Cérémonie à l'occasion du début de la construction d'une nouvelle installation Airbus à Tianjin le 2 mars 2016. (© F. Dufour / AFP)
Cérémonie à l'occasion du début de la construction d'une nouvelle installation Airbus à Tianjin le 2 mars 2016. (© F. Dufour / AFP)

La Chine est l'un des principaux champs de bataille des deux rivaux de l'aéronautique mondiale.

Airbus a annoncé mardi s'attendre à ce que la Chine ait besoin de près de 6.000 avions lors des 20 prochaines années, soit un marché de 860 milliards d'euros. Le constructeur américain est encore plus optimiste, tablant sur 6.800 appareils, pour une valeur de plus de 900 milliards d'euros.

Les deux avionneurs ont conclu des partenariats avec des groupes chinois afin de s'attirer les bonnes grâces de Pékin.

Airbus dispose depuis 2008 à Tianjin (nord) d'une ligne d'assemblage pour A320. Boeing a conclu l'an dernier un accord de coopération avec l'avionneur étatique chinois Comac pour l'ouverture d'un "centre de finition" pour l'aménagement de moyen-courriers B737.

«La décision que nous avons prise il y a dix ans était la bonne», se félicite Eric Chen, président d'Airbus Chine, notant à Zhuhai que le groupe européen a pris beaucoup d'avance sur son concurrent américain.

Ce dernier réplique en assurant que son 787 est technologiquement en avance sur son concurrent, l'Airbus A350. "Il possède des caractéristiques techniques qui ne sont pas disponibles sur l'A350", assure Darren Hulst, directeur commercial exécutif pour l'Asie du nord-est. Boeing doit livrer 14 exemplaires du 787 cette année et a engrangé 46 commandes ou options supplémentaires, a-t-il dit.

«Pas de problème»

Mais alors

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant