Airbus choisi pour l'ambitieux projet OneWeb, la flotte de mini-satellites de l'Américain Greg Wyler

le
0
Airbus choisi pour l'ambitieux projet OneWeb, la flotte de mini-satellites de l'Américain Greg Wyler
Airbus choisi pour l'ambitieux projet OneWeb, la flotte de mini-satellites de l'Américain Greg Wyler

Essaimer dans l'espace pour diffuser de l'internet à prix abordable à tous les Terriens: Airbus Defence and Space a levé le rideau sur un "nouveau chapitre de l'histoire spatiale" en annonçant avoir décroché une énorme commande de 900 petits satellites pour la constellation OneWeb, l'une des annonces marquantes du salon du Bourget depuis son ouverture lundi."Ce partenariat ouvre un nouveau chapitre de l'histoire spatiale", s'est félicité François Auque, le patron de la branche espace d'Airbus DS (groupe européen Airbus). "Il ne fait aucun doute que ce programme est un défi que nous allons relever en réunissant l'ensemble des moyens et des compétences du groupe Airbus", a-t-il ajouté.Airbus DS a été sélectionné par OneWeb -une start-up créée à l'automne 2014 par l'homme d'affaires américain Greg Wyler- comme son partenaire industriel pour la conception et la fabrication d'une flotte de plus de 900 microsatellites de moins de 150 kilos chacun.L'enjeu? Diffuser de l'internet sur l'ensemble de la planète, alors que pour l'heure, de larges zones comme les océans et certains continents ne sont pas couverts par les réseaux traditionnels.Le tout à un prix abordable -selon le journal La Tribune, M. Wyler aurait demandé de ne pas dépasser les 400.000 dollars par satellite, soit dix à vingt fois moins que les prix habituels- pour garantir la solidité du modèle économique.Le projet OneWeb a été imaginé par Greg Wyler, apôtre du "new space", l'industrie spatiale privée, et bénéficie du soutien de Richard Branson (Virgin) et de Qualcomm (concepteur américain de puces électroniques). Fondateur de l'opérateur satellite O3B (Other 3 Billion, en allusion aux 3 milliards de personnes restant à connecter), Greg Wyler a aussi travaillé pour Google sur l'espace.C'est donc bien une première, alors que les satellites classiques prennent des mois à être fabriqués à l'unité dans des salles blanches, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant