Airbnb France : une croissance fulgurante, un impôt lilliputien

le
1
Ecran d'accueil du site de Airbnb.
Ecran d'accueil du site de Airbnb.

Basée en Irlande et au Royaume-Uni, la maison mère européenne de la plateforme d’intermédiation de logement de tourisme échappe à la taxe française sur les bénéfices.

La plateforme d’intermédiation de logement de tourisme Airbnb France se félicitait, le 1er août, dans un communiqué, d’avoir, en juillet, accueilli son dix millionième visiteur depuis son installation, dans l’Hexagone, en 2008. La croissance a été fulgurante puisque, un an plus tôt, elle n’en était qu’à six millions.

Pourtant, selon les comptes déposés en juillet au greffe du tribunal de commerce de Paris, Airbnb déclare un modeste chiffre d’affaires, de 4,996 millions d’euros pour 2015 – soit une performance identique à celles de 2014 et de 2013.

Par ailleurs, elle dégage sur cet exercice un bénéfice misérable, de 166 373 euros – soit moins qu’en 2014 (190 234 euros) et qu’en 2013 (216 731 euros). Ces maigres profits, en retrait de 40 % sur un an, ne laissent à l’Etat, comme l’a révélé Le Parisien dans son édition du 11 août, qu’un impôt lilliputien de 60 169 euros – soit moins qu’en 2014 (84 883 euros) et qu’en 2013 (97 692 euros).

Les résultats de l’antenne française du groupe américain s’enfoncent donc dangereusement tandis que son activité s’envole : en juillet de cette année, grâce à l’Euro de football, la plateforme a battu un record, puisque 250 000 supporters ont été hébergés par son intermédiaire.

Pression politique En réalité, Airbnb France n’est, avec ses effectifs squelettiques – vingt-cinq salariés employés dans le pays –, qu’une humble société de prestation de services en marketing pour sa maison mère européenne, basée, elle, en Irlande et au Royaume-Uni et...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gaia2011 il y a 4 mois

    On a trouvé mieux que le paradis fiscale, les sites de mises en contact... pas d'investissement immobilier, pas d'agence, pas d'employés, une maison mère implantée là où on ne paye pas d'impôts et on touche un pourcentage sur les locations de chaque mise en contact, exactement comme si on avait des frais d'agence, de personnel etc Les acteurs traditionnels du secteur apprécieront...